De la pub jusqu’en 2014 sur France Télé

  • A
  • A
De la pub jusqu’en 2014 sur France Télé
@ PHOTOTELE
Partagez sur :

Vendredi, Frédéric Mitterrand a confirmé le report de deux ans de la suppression de la publicité.

L’information circulait depuis quelques jours, mais elle est aujourd’hui confirmée. Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a annoncé vendredi, au micro de RTL, "un moratoire" de deux ans pour la suppression totale de la publicité sur France Télévisions.

Ce moratoire entrera en vigueur à partir de novembre 2011, date initialement prévue pour la suppression totale de la publicité sur les antennes du service public. En clair, cela signifie qu’il y aura toujours de la publicité avant 20 heures sur ces chaînes, et ce jusqu'en janvier 2014 au moins.

"Il fallait bien décider pour que tout le monde s'organise sur le plan des budgets publicitaires", a expliqué le ministre, pour justifier cette décision temporaire. "Après, on verra", a-t-il lancé, traduisant l’incertitude de l’avenir de France 2, France 3, France 4, France 5 et France O.

Cette décision reporte automatiquement la vente de la régie publicitaire de France Télévisions. Rémy Pflimlin, patron du groupe public, avait en effet annoncé début septembre que la régie de France Télévision ne serait pas privatisée si la publicité était maintenue : "si on décidait de surseoir, pour des raisons liées notamment aux finances publiques", à la suppression de la publicité avant 20 heures, "alors la question de la privatisation de la régie ne se pose plus".

300 millions d’économies

Maintenir la publicité sur France Télévisions est un moyen de faire des économies importantes, estimées à 300 millions d’euros par an. Une décision qui devrait être bien accueillie par de nombreux députés, y compris UMP, qui s’étaient prononcés en faveur de ce maintien. C’est le cas de Jean-François Copé, monté au créneau depuis plusieurs mois sur ce thème.

En revanche, la nouvelle ne devrait pas être bien reçue du côté des chaînes privées. Nonce Paolini, directeur général de TF1, avait demandé lundi, sur Europe 1, que la publicité soit au moins réduite en journée sur le service public. Il avait jugé "très embêtant" qu’on ne respecte pas le calendrier initialement prévu.

Il avait aussi demandé la suppression de la taxe dont doivent s'acquitter les chaînes privées pour compenser la fin de la publicité. Un sujet qui sera abordé vendredi après-midi avec les PDG de TF1 et de M6, a précisé le ministre.