Wiko envoyait les données de ses clients en Chine... mais promet d'arrêter

  • A
  • A
Wiko envoyait les données de ses clients en Chine... mais promet d'arrêter
Un hackeur a repéré un code dans les smartphones de Wiko.
Partagez sur :

La marque française, propriété du géant chinois Tino, transmettait des données sur les utilisateurs de ses smartphones sans leur accord.

Wiko ferait-il quelques arrangements avec les données de ses clients. D'après le hacker Elliot Alderson (un pseudonyme emprunté à la série Mr Robot), la marque, propriété du groupe chinois Tino, envoie des informations sur certains de ses clients à sa maison-mère. En recherchant des failles de sécurité dans les smartphones, le hacker est en effet tombé sur deux applications pré-installées d'office et qui transmettent, sans informer l'utilisateur, des données.

Des données transférées sans le consentement de l'utilisateur. Baptisées "ApeSale Tracker" et et "ApeStsMonths", les deux applications transmettraient notamment le numéro IMEI du smartphone, le numéro de client, la location de la cellule GSM, le numéro de série et la version du système d'exploitation installée sur l'appareil. Le tout est effectué sans l'accord de l'utilisateur et sans possibilité pour lui de désactiver le système. De son côté, Wiko ne nie pas les informations dénichées par le hacker, mais préfère minimiser en assurant que seules des informations techniques sont envoyées.



Wiko va modifier son traitement des données. Une réponse qui ne convainc pas Elliot Alderson. Pour lui, le tout tient plus du "grand mensonge" que de l'explication réelle et les codes repérées dans le logiciel permettrait de prouver que la localisation de la puce GSM et donc du téléphone est aussi transmise à Tino en Chine. Pour éteindre l'incendie, Wiko a annoncé lundi qu'il allait mettre à jour ses logiciels et stopper l’envoi de données.