Wikipedia bloque une adresse IP du ministère de l'Intérieur

  • A
  • A
Wikipedia bloque une adresse IP du ministère de l'Intérieur
Wikipedia a bloqué une adresse IP du ministère de l'Intérieur@ Wikipedia
Partagez sur :

WEB - L'encyclopédie en ligne Wikipedia a bloqué pour un an un adresse IP du ministère de l'Intérieur pour cause de vandalisme répété.

Wikipédia a récemment bloqué pour un an l'une des adresses IP (numéro de serveur informatique) les plus actives du ministère de l'Intérieur, d'où émanaient "trop d'actes de vandalisme" de ses articles, a indiqué l'encyclopédie en ligne, confirmant une information du Canard enchaîné.

4.000 modifications depuis 2007. De cette adresse IP, dont dépend une série de postes de travail, sont parties 4.000 modifications de Wikipédia depuis 2007, souvent du vandalisme (grossièretés, modifications irrégulières...) venant régulièrement d'un même auteur, a précisé à l'AFP l'un des administrateurs de l'encyclopédie, répondant au pseudonyme de "Jules78120". Sollicité par l'AFP, le ministère de l'Intérieur n'avait pas encore réagi en début d'après-midi.

Huit blocages depuis 2008. Cette adresse IP a déjà été bloquée huit fois depuis 2008, généralement pour trois jours, et quelquefois pendant un mois, selon Wikipédia. Le blocage d'un an est une sanction assez rare, car généralement les actes de vandalisme (modifications sans fondement, ou encore gros mots ou commentaires partisans) entraînent des blocages de quelques jours de l'IP de leurs auteurs, qui peuvent encore consulter les articles mais plus les modifier.

Blocage de tous les postes. Cependant, si l'auteur agit depuis son lieu de travail ou son établissement scolaire, l'adresse IP qui apparaît sur internet est l'adresse publique de son institution, et non pas l'adresse individuelle de sa machine : c'est celle que peut bloquer Wikipédia, ce qui bloque aussi automatiquement tous les postes de travail qui y sont rattachés. On ne sait donc pas exactement combien de postes sont concernés, mais plusieurs place Beauvau sont privés de droit de modification.

Un précédent en 2013. Déjà en 2013 selon Le Canard, un fonctionnaire du ministère avait tenté à de multiples reprises de modifier la fiche du préfet de police de l'époque, Bernard Boucault, afin d'effacer la trace de ses démêlés avec les opposants au mariage pour tous. Ce qui avait valu au ministère d'être temporairement bloqué par Wikipédia.