La Californie ne veut pas des voitures autonomes d'Uber à San Francisco

  • A
  • A
La Californie ne veut pas des voitures autonomes d'Uber à San Francisco
Une voiture autonome d'Uber.@ Uber
Partagez sur :

Les voitures autonomes du service de VTC ont grillé deux feux rouges en 24 heures. Le régulateur a demandé à Uber de stopper son expérimentation. 

Tout est parti d'une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. Jeudi, un chauffeur de taxi de la ville californienne de San Francisco a publié une courte séquence montrant deux voitures autonomes d'Uber franchir un feu rouge. Si le premier incident peut être contestable, le second ne laisse aucun doute sur le passage de la voiture. Deux problèmes pour le moins dérangeants alors qu'Uber a annoncé le lancement de son service de voitures autonomes dans la ville mercredi.

Deux feux rouges grillés. En deux jours, les voitures d'Uber ont donc grillé deux feux rouges. Et même si les deux incidents n'ont eu aucune conséquence, ils ont mis en alerte les autorités locales. Alors que la Californie jugeait déjà les véhicules autonomes illégaux, l'autorité en charge des véhicules à moteur en Californie (DMV) a demandé à Uber de cesser son expérimentation moins de 24 heures après son lancement. Dans un communiqué, la DMV motive sa décision par le défaut d'autorisation accordée à Uber et un risque pour la sécurité. "Il est illégal pour l'entreprise de faire rouler des véhicules sans chauffeur sur des routes publiques tant qu'elle n'a pas reçu le permis", explique-t-elle.

Un premier test à Pittsburgh. Le test de ce service dans les rues de San Francisco n'était pourtant pas une première. En septembre, Uber avait lancé une expérimentation du même type à Pittsburgh en Pennsylvanie. Dans les deux cas, lorsque l'utilisateur commande une course il peut tomber sur un véhicule autonome. Il ne se retrouve pas seul pour autant dans le véhicule puisqu'un technicien y est présent en permanence pour vérifier la qualité de la conduite et effectuer des mesures.

Un permis facile à obtenir. Pour espérer pouvoir continuer son test, Uber va donc devoir obtenir un permis de l'Etat de Californie. Il semble d'ailleurs étonnant que l'entreprise ne l'ait pas demandé avant. Il est en effet très simple à obtenir. Pour cela, l'entreprise doit justifier d'une assurance correcte, assurer de la présence d'une personne à bord (ce qui est déjà le cas dans ce test) et payer 150 dollars.