High-tech : les consommateurs devraient dépenser moins en 2017

  • A
  • A
High-tech : les consommateurs devraient dépenser moins en 2017
Les dépenses mondiales en produits d'électronique grand public devraient baisser en 2017 pour la quatrième année consécutive.@ ISAAC LAWRENCE / AFP
Partagez sur :

Des incertitudes économiques et politiques, notamment liées à la victoire de Trump et au Brexit, expliqueraient ces prévisions pessimistes.

Les dépenses mondiales en produits d'électronique grand public devraient encore reculer de 2% cette année, après déjà une baisse de 1% l'an dernier, selon des estimations publiées mardi avant l'ouverture du salon CES de Las Vegas, grand messe annuelle du secteur.

891 milliards d'euros en 2017. L'association américaine du secteur (CTA) et le cabinet de recherche GfK chiffrent à 929 milliards de dollars (891 milliards d'euros) le montant que les consommateurs du monde entier devraient consacrer à l'achat de smartphones, tablettes, téléviseurs, ordinateurs, appareils photos ou autres montres connectées. Pour 2016, le total est estimé à 950 milliards de dollars (911 milliards d'euros).

Trump et le Brexit en cause. Concernant les facteurs ayant pesé sur ces chiffres, Steve Koenig, un analyste de la CTA, a évoqué lors d'une conférence de presse des "incertitudes" économiques et politiques, liées entre autres aux conséquences de la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine ou du Brexit, la sortie de l'Union européenne votée par les électeurs du Royaume-Uni. Mais il a aussi mis en avant la force du dollar, qui a constitué "un impact majeur" car il réduit après conversion les montants dépensés en d'autres devises, mais aussi une légère diminution du nombre d'unités vendues ainsi que des baisses de prix pour certaines catégories de produits, comme les tablettes.

Les smartphones en tête de gondole. Les revenus du secteur restent très dépendants des smartphones, qui devraient encore représenter cette année 47% des dépenses en électronique grand public à l'échelle mondiale, mais dont la croissance tant des volumes vendus que des revenus commence à se modérer, a relevé Steve Koenig.