Google Flights veut vous permettre de payer votre billet d'avion moins cher

  • A
  • A
Google Flights veut vous permettre de payer votre billet d'avion moins cher
Google alerte ses utilisateurs sur les hausses des prix à venir.@ Google
Partagez sur :

Le comparateur de vols de Google se dote d'une fonctionnalité d'alerte permettant de réserver son billet lorsque celui-ci est le moins cher.

Juste avant le départ ? Plusieurs mois à l'avance ? Sur Internet, on peut lire tout et son contraire sur la bonne période pour acheter son billet d'avion le moins cher possible. Pour éviter les déconvenues, Google a développé une fonctionnalité supplémentaire pour son comparateur de vols, Flights. Ce dernier, qui permet de recherche des billets d'avions pour n'importe quelle destination et sur toutes les compagnies aériennes, dispose désormais d'un service d'alerte capable de prévenir un utilisateur du "meilleur moment" pour réserver son vol.

Une alerte avant la hausse des prix. Dans la pratique, après avoir sélectionné un voyage ou un vol spécifique, Google sera en mesure de vous envoyer des alertes avant une hausse potentielle des prix. Lors de la mise en place de cette alerte, Google peut également afficher un message annonçant que les prix devraient augmenter dans les heures à venir et que réserver immédiatement permettrait d'économiser.

Utiliser l'historique des prix.Google n'a pas accès aux bases de données des compagnies aériennes et à leurs logiciels de "yield management" pour connaître à l'avance les hausses de prix. En revanche, le moteur de recherche se réfère aux données qu'il a accumulées depuis plusieurs années - le service Google Flights a été lancé en 2011 - et estime ainsi que le prix de tel ou tel vol devrait augmenter à une date donnée.

Craintes des voyagistes. S'il devrait séduire les consommateurs, ce nouveau service a tout pour déplaire aux compagnies aériennes et agences de voyage. Ces dernières avaient d'ailleurs déjà fait part de leurs craintes sur le service de Google en 2013 lors d'une rencontre avec la ministre du Numérique, Fleur Pellerin.