Géolocalisation : l'armée française rappelle ses troupes à l'ordre

  • A
  • A
Géolocalisation : l'armée française rappelle ses troupes à l'ordre
La carte créée par Strava Labs dévoile des itinéraires empruntés à proximité des bases, qui peuvent être utilisés pour prévoir des attaques.@ Capture d'écran Strava Labs
Partagez sur :

L'état-major français des armées a rappelé à ses troupes déployées en opérations extérieures les consignes de sécurité relatives à l'utilisation d'objets connectés.

L'état-major français des armées a rappelé à ses troupes déployées en opérations extérieures les consignes de sécurité relatives à l'utilisation d'objets connectés, après la publication par une application de fitness d'une carte montrant les bases et déplacements en zone de conflit de soldats américains mais aussi français.

L'état-major a "rappelé en interne la nécessité de respecter les règles élémentaires de sécurité des systèmes d'information", notamment de "désactiver les fonctions de géolocalisation et de GPS", a-t-il affirmé mardi.

"Aucune installation française secrète n'a été révélée". "Nous prenons l'affaire au sérieux", a déclaré le porte-parole des armées, le colonel Patrik Steiger. "Aucune installation française secrète n'a été révélée" via cette carte qui retrace le parcours des utilisateurs (joggeurs, cyclistes...) d'une application pour téléphone mobile de Strava Labs, a-t-il relativisé, en faisant valoir que l'existence de bases à Madama, à Niger, ou encore à Gao, Tessalit et Kidal, au Mali, était de notoriété publique. Toutefois, a-t-il insisté, "nous sommes préoccupées par la sécurité des utilisateurs".

Du bon usage des réseaux sociaux pour les militaires. En février 2017, la Délégation à l'information et à la communication de la Défense française avait publié la deuxième mouture de son "Guide du bon usage des réseaux sociaux", où sont développés des conseils pratiques pour les militaires et leurs familles. Lundi, le Pentagone avait déjà annoncé son intention de "jeter un œil sur notre règlement en la matière pour être certain de notre sécurité opérationnelle et de la protection de nos forces".