Galaxy S8 : Samsung a-t-il tout bon niveau sécurité ?

  • A
  • A
Galaxy S8 : Samsung a-t-il tout bon niveau sécurité ?
@ Jason Kempin / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Après la fiasco du Galaxy Note 7, le constructeur a complètement revu son protocole de test.

Ne surtout pas reproduire les erreurs du passé. Un peu plus de six mois après le rappel mondial - et contraint - de son Galaxy Note 7 pour cause d’explosion de sa batterie, Samsung promet avoir tiré les leçons du fiasco du Note 7. "Nous avons traversé une année difficile, mais nous sommes ici aujourd’hui pour célébrer un nouveau départ", a fièrement annoncé mercredi DJ Koh, le président de la division mobilité de Samsung. Et pour cela, la firme a mis en place de nouveaux protocoles de sécurité.

De nouveaux protocoles de sécurité

"Nous avons pris toutes les mesures nécessaires", assure à Europe 1, Guillaume Berlemont, directeur marketing produit chez Samsung France. "Après l’analyse fine qui a été faite des causes des problèmes du Galaxy Note 7, nous avons mis en place un nouveau protocole de sécurité en huit points pour nous assurer que les batteries soient testées dans toutes les conditions possibles et largement au-delà des normes et des standards des contrôles qualité qu’il y a sur le marché",  poursuit-il.

Dans la pratique, Samsung a effectivement renforcé ses tests de sécurité. Le géant sud-coréen vérifie désormais notamment que la batterie ne souffre pas en cas chute du téléphone ou que les batteries ont été assemblées correctement. Le site spécialisé PC Mag, qui a pu observer ces tests dans une usine de Samsung, rapporte que les Galaxy S8 subissent également un "test d'usage accéléré". Durant cinq jours, ils sont ainsi chargés, déchargés, plongés dans l'eau, utilisés pour aller sur Facebook, Internet ou encore passer des appels.

Un autre test permet de vérifier la qualité des batteries en testant leur longévité. Sur les 15.000 téléphones produits dans l'usine visitée par PC Mag, 300 ont donc été chargés et déchargés 400 fois en 50 jours. "Les téléphones testés sont choisis au hasard dans la production", précise le magazine.

Ne pas précipiter les choses

Pas question non plus de confondre vitesse et précipitation, Samsung a également montré avec le lancement du Galaxy S8 qu’il avait retenu la leçon. Alors qu’il a pour habitude de présenter son smartphone haut de gamme à la fin du mois de février au salon Mobile World Congress, il a cette année fait le choix de prendre quelques semaines supplémentaires. Un temps nécessaire pour ne pas bâcler certains points.

Résultat, si les Galaxy S8 et S8 Plus ont été annoncés mercredi, il faudra encore patienter un mois avant de pouvoir les toucher. Les premiers à les recevoir, à partir du 20 avril, seront en effet les personnes les ayant précommandés. La sortie officielle, elle, est prévue pour le 28 avril.

Et pour Samsung, les choses sont claires : "Nous continuerons à innover de manière significative, mais en plus de cela, nous garderons la sécurité de nos clients comme première priorité", promet DJ Koh, le responsable de la division mobilité de Samsung.