L'heure du clavier Azerty a-t-elle vraiment sonné ?

  • A
  • A
L'heure du clavier Azerty a-t-elle vraiment sonné ?
Le clavier Azerty pourrait être modifié.@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

AZERTY - Le ministère de la Culture souhaite la mise en place d'un nouveau clavier, plus adapté aux spécificités de la langue française. Est-ce la fin de l’Azerty ?

Qui ne s'est jamais agacé sur son clavier en tentant d'écrire "cœur" ou en voulant placer un É en début de phrase ? Le clavier Azerty, présent sur tous les claviers français actuels, n'est en effet pas toujours adapté aux spécificités de notre langue. Le ministère de la Culture va même plus loin estimant qu’"il est presque impossible d’écrire Français correctement". Il est par exemple très difficile d'intégrer des accents sur les majuscules, le symbole "€", ou le "œ". Pour pallier à ce problème, le ministère de la Culture a demandé à l'Association française de normalisation (Afnor) de réfléchir à un nouveau modèle de clavier.

Un nouveau clavier, pour quoi faire ? La France se trouve en effet dans un cas isolé. Tous nos homologues européens disposent d'un clavier adapté aux spécificités de leur langue. Allemands, Espagnols ou Italiens peuvent ainsi accéder facilement au "ñ" ou au "ß". Un nouveau clavier reprenant les particularités du français comme les "œ" ou autre "€" doit donc être établi par l'Afnor qui rendra ses propositions cet été.

"Un clavier normalisé pour les usagers résidant en France devrait idéalement répondre à tous leurs besoins. Il paraît indispensable que ce clavier permette l’utilisation aisée non seulement du français, mais aussi des différentes langues présentes sur notre territoire, que ce soit des langues régionales ou des langues étrangères, étant donné que ces langues comportent des spécificités qui devraient être prises en compte" peut-on lire sur le site internet du ministère de la Culture. Ce nouveau clavier devra donc intégrer les caractères spéciaux, mais aussi les accents sur toutes les voyelles, que l’on retrouve par exemple en Occitan.

Comment le mettre en place ? Tout ne va cependant pas changer du jour au lendemain... Les modifications de claviers dans le monde sont rarissimes, voire inexistantes. Pour faciliter les choses, un tel clavier, s'il est adopté, ne sera pas contraignant. Les fabricants d'ordinateurs n’auront en effet pas l'obligation de l'intégrer et pourront continuer d'utiliser par défaut le clavier actuel. Le ministère de la Culture annonce toutefois que "la conformité des matériels à cette norme pourrait être exigée dans le cadre des marchés publics de l’administration, ce qui aurait un effet incitatif sur la demande avec des répercussions positives sur l’offre des fabricants de claviers sur le marché français". 

Si ce changement était acté, sa mise en place ne pourrait pas se faire instantanément. Il faudrait d'abord le temps aux constructeurs d’intégrer dans leurs nouveaux ordinateurs ces claviers, et aux systèmes d'exploitation mobile de se mettre à jour. Enfin, les "anciens" ordinateurs et claviers équipés du modèle actuel resteraient encore en service et disponibles sur le marché du neuf voire de l'occasion pour plusieurs années.

La disparition définitive de l’Azerty en France ? S'il est encore trop tôt pour connaître les pistes et les idées précises qui vont permettre l'élaboration de ce nouveau clavier, il ne devrait toutefois pas être totalement différent du clavier actuel. Les caractères principaux, les lettres en premier lieu, devraient conserver les mêmes places, qu'elles retrouvent de manière générale sur tous les claviers utilisant l'alphabet latin à quelques exceptions près. Les "caractères spéciaux" (œ, €, É) devraient eux faire leur entrée. On pourrait par exemple imaginer un remplacement du symbole dollar par celui de l'euro. Même si le clavier actuel est modifié, les premiers caractères du clavier devraient rester les mêmes et le clavier conserver son nom de Azerty.


D’où vient le clavier Azerty ? Le clavier Azerty, pensé pour l’alphabet latin et utilisé en France et en Belgique, est une variante du clavier Qwerty, utilisé en langue anglaise notamment. Arrivé en France comme une déclinaison de certaines machines à écrire à la fin des années 1890, les historiens ne savent pas précisément ce qui a poussé ce standard, non validé par l’Afnor, à se démocratiser.