Enceintes intelligentes : une révolution technologique comparable aux smartphones ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Après l'arrivée de l'enceinte de Google en août dernier avant Apple et son HomePod, Amazon se lance cette semaine avec sa gamme Echo. Que font ces enceintes ? Vont-elles lancer une nouvelle révolution technologique ?

L'ENQUÊTE DU 8H

Vous leur parlez, elles vous répondent et elles font de plus en plus de bruit... La bataille pour le contrôle de la maison par les enceintes intelligentes commence mercredi. Après l'arrivée de l'enceinte de Google en août et avant Apple et son HomePod lundi, Amazon se lance cette semaine avec sa gamme Echo. Aux Etats-Unis, où elles sont toutes disponibles depuis plusieurs mois, elles ont rencontré un succès fulgurant. Pour les constructeurs, les enjeux sont énormes. Et pour les entreprises et les médias, le moment est critique pour ne pas rater ce qui pourrait bien être la prochaine révolution technologique. A quoi servent ces enceintes ? Que font-elles ? Représentent-elles un risque pour nos données personnelles ? Explications.

Un assistant au cœur de la maison

En France, certains ont déjà installé une enceinte intelligente chez eux. C'est le cas de Sandrine. Elle a acheté plusieurs enceintes Google Home mini pour son appartement parisien. "Ok Google, met de la musique", a-t-elle pris l'habitude de dire pour lancer un titre depuis Deezer dans son salon. "Je m'en sers pour, quand j'arrive à la maison, demander à ce qu'on allume les lumières et parfois aussi pour poser des questions et avoir la météo", explique-t-elle. "Quand je pars, c'est assez pratique parce que j'éteins toutes les lumières d'un seul coup", poursuit-elle avant de lancer "Ok Google, éteins toutes les lumières". De fait, les 17 ampoules connectées s'éteignent quasi-instantanément. "Ma fille l'utilise aussi parfois pour ses devoirs", complète-t-elle.

Ce mot clé, "Ok Google", qui peut aussi être "Alexa" pour l'enceinte d'Amazon ou "Dis Siri" sur celle d'Apple, permet d'activer l'enceinte. Lorsqu'une personne le prononce, l'enceinte se met à écouter pour répondre à la question ou à la demande qui va être formulée. Il est possible de demander, comme chez Sandrine, de lancer de la musique ou de faire un point sur la météo, mais ces enceintes peuvent également donner des détails sur l'agenda du jour, fixer des rappels, créer une liste de course... Elles permettent aussi d'écouter la radio en direct ou des podcasts, comme ceux d'Europe Matin. Sur l'enceinte d'Amazon, une "skills" - le nom donné aux applications de l'enceinte - démarre d'un simple "Alexa, lance Europe 1" puis propose de choisir quel podcast ou journal on souhaite écouter.

Ceux qui utilisent les enceintes d'Amazon ou de Google peuvent également faire des achats directement avec. A la voix, l'utilisateur peut faire ses courses avant de se faire livrer à son domicile. Carrefour et Google ont annoncé lundi un partenariat en ce sens.

Eviter de créer un "super espion"

Pour se déclencher lorsque leur mot-clé est prononcé, les enceintes intelligentes doivent écouter ce qui se passe autour d'elles en permanence. D'aucuns les voient donc comme de supers-espions à la main de Google, Amazon ou Apple qui pourraient transmettre ce qui se passe dans toute la maison aux entreprises de la tech. "Ces enceintes ne sont censées communiquer les données que lorsque leur mot-clé est prononcé, pas avant", tempère Gwendal Le Grand, directeur de l'innovation à la Cnil, le gendarme des données personnelles. "Toutes les entreprises qui fabriquent ces enceintes sont soumises au règlement général sur la protection des données (RGPD) en vigueur depuis le 25 mai", complète-t-il.

Pourtant, il y a quelques semaines, une enceinte Amazon Echo a enregistré puis envoyé la conversation d'un couple américain qui n'avait rien demandé. Un incident isolé, selon Amazon, mais la Cnil donne quelques conseils aux utilisateurs d'enceintes intelligentes. "Le premier conseil c'est de rester dans la pièce quand les enfants sont là. Deuxièmement, couper le micro ou éteindre l'appareil au moment où vous ne vous en servez pas. Troisièmement, avertir vos invités de l'enregistrement potentiel de leurs conversations et quatrièmement vérifier que l'appareil est bien réglé pour filtrer les informations à destination des enfants", explique la commission.

Le futur "indispensable" technologique ?

Après le flop des lunettes connectées ou des casques de réalité virtuelle pourtant annoncés comme des "révolutions" technologiques, les assistants intelligents ne seraient-ils pas un énième gimmick ? Il semble que non. Tous les analystes s'accordent à dire que les choses sont différentes avec ses enceintes. Elles sont abordables - à partir de 59 euros - et permettent de gagner du temps. Résultat, ils estiment qu'il y en aura plus de 140 millions dans le monde en 2020. D'ici là, il devrait déjà s'en vendre 40 millions cette année, un chiffre en hausse de 60%. Aux Etats-Unis, un adulte sur cinq en possède déjà une.

Google Home est disponible en France depuis août 2017 pour 149 euros. Une version mini est vendue 59 euros.
Amazon Echo sort en France le 13 juin pour 99 euros. Une version mini est vendue 59 euros.
Apple HomePod sort en France le 18 juin pour 349 euros.