Du pneu aux lasers : 4 femmes parmi les lauréats du Prix de l'inventeur européen

  • A
  • A
Du pneu aux lasers : 4 femmes parmi les lauréats du Prix de l'inventeur européen
La mathématicienne française Agnès Poulbot a été primée dans la catégorie "Industrie".@ Capture d'écran
Partagez sur :

C'est une première pour le Prix de l'inventeur européen : quatre femmes ont été primées pour des innovations aussi diverses que du pneumatique aux rayons-laser. 

Quatre femmes, une première, ont été récompensées jeudi par le Prix de l'inventeur européen, pour des innovations comme des pneumatiques qui se régénèrent, des lasers ultra-rapides ou des batteries compactes pour la médecine cardiologique. L'édition 2018 de ce prix, créé en 2006 par l'Office européen des brevets (OEB), compte parmi ses lauréats des chercheurs originaires de sept pays (France, Allemagne, Irlande, Suisse, Pays-Bas, États-Unis et Russie).

La mathématicienne française Agnès Poulbot, chercheuse au sein du groupe Michelin, a ainsi été primée avec son collègue Jacques Barraud, décédé en 2016, dans la catégorie "Industrie", pour un nouveau pneu poids lourd qui "se régénère" au long de son utilisation.

Agnès Poulbot, inventeur de l'année 2018. L'invention porte sur un design spécifique, permettant de faire apparaître de nouvelles sculptures qui remplacent celles qui sont usées par le roulement, en améliorant la durabilité et en réduisant la consommation et donc les émissions de C02. "Ce qui se régénère, ce sont les creux, pas la gomme", résume Agnès Poulbot. Expliquant que le pneu représente, "pour un poids lourd, un quart de la consommation" du véhicule, elle estime que son invention représente un gain de consommation de 1 litre aux 100 km. "Un camion fait en moyenne 100.000 km par an, c'est-à-dire qu'il gagne 1.000 litres de gazole", a-t-elle calculé.



Des batteries compactes pour défibrillateurs cardiaques. La chimiste américaine Esther Sans Takeuchi, primée dans la catégorie des "pays non membres de l'OEB", a inventé pour sa part des batteries compactes pour alimenter les défibrillateurs cardiaques implantables. Leur durée de vie est significativement plus longue et réduit ainsi la fréquence des interventions chirurgicales. Choisie dans la catégorie "PME", l'équipe irlandaise conduite par Jane ni Dhulchaointigh, une spécialiste du design, a mis au point une colle modulable à usages multiples.



Quant à la physicienne suisse Ursula Keller, spécialiste des lasers, elle a vu ses recherches pendant plus de 30 ans, distinguées par le prix "Oeuvre d'une vie". Elle a notamment mis au point le miroir SESAM, une technologie de pointe pour des lasers ultra-rapides utilisés en médecine ou dans des procédés industriels.