CES 2018 : comment La Poste veut gérer votre carnet de santé 2.0

  • A
  • A
CES 2018 : comment La Poste veut gérer votre carnet de santé 2.0
La Poste va lancer un carnet de santé connecté.@ DR
Partagez sur :

La Poste présente un carnet de santé capable de regrouper les données de tous les objets connectés de santé dont dispose l'utilisateur. 

EN DIRECT DU CES

Au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, on ne croise pas seulement des start-up. Plusieurs grands groupes français ont également fait le déplacement. Parmi eux, une entreprise, La Poste, que peu attendaient au salon de l'innovation, mais qui depuis quelques années, présente de nouveaux produits et de nouveaux usages. Cette année, la société de transport présente un carnet de santé numérique. Ce carnet de santé 2.0 se présente sous la forme d'une application pour smartphone.

Une fois installée, cette application peut être reliée à un thermomètre connecté, à un pèse-personne ou encore à un appareil qui prend votre tension, tous déjà disponibles sur le marché et commercialisés par différentes marques, dont certaines françaises également. Une fois toutes ces données réunies au même endroit, la simplicité opère. La santé peut désormais être contrôlée au quotidien par cette application qui alerte son utilisateur quand quelque chose ne va pas bien. "Je peux, par rapport à mon profil (mon âge, mon poids, ma taille, etc.) savoir si je suis en sous-tension, ou en surtension. Donc a priori tout va bien mais là vous voyez je presque en limite. Il y a quelque chose de curieux qui est en train de se passer", explique David De Amorim, directeur innovation à La Poste.

Des données envoyées au médecin

Le médecin traitant reçoit aussi les données médicales et peut en discuter avec son patient dans l’application. Il peut même lui montrer en 3D ce qui ne va pas dans son organisme. "Là, par exemple, on voit un abdomen avec un foie, et dans ce foie, on découvre une tumeur. Et je vais pouvoir décider l’acte thérapeutique optimal par le biais de cette image", détaille le professeur Luc Soler, de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Strasbourg. "Vous voyez que ça marche sur un simple smartphone. Avant, c’était compliqué d'expliquer au patient. Je devais lui montrer des images scanner, en noir et blanc. Là, c’est très facile, le gros organe ici en marron, c’est le foie, et ce qu’on voit à l’intérieur en bleu, ce sont les veines, et la tumeur, elle, est en vert."  

Mais pourquoi La Poste se lance-t-elle dans la santé connectée ? L’entreprise explique simplement qu’elle est très forte en confidentialité. Le secret des correspondances serait en quelque sorte son passeport pour maîtriser le secret médical. Une force sur laquelle elle compte miser de plus en plus dans les mois et les années à venir afin de devenir "un tiers de confiance".