Axelle Lemaire : La fin de la neutralité du net, "une catastrophe pour Internet et les Américains"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Axelle Lemaire, ex-secrétaire d’État chargée du Numérique et de l’Innovation, s'est inquiétée vendredi sur Europe 1 de l'abrogation du principe de neutralité du net outre-Atlantique.

INTERVIEW

Le principe était d'obliger les fournisseurs d'accès à Internet à traiter les contenus de manière égalitaire. La Commission fédérale des communications (FCC), régulateur américain du secteur, a abrogé la "neutralité du net" jeudi. "C'est une catastrophe pour Internet et les Américains, mais au moins, cela permet une prise de conscience des enjeux et de se préparer à l'avenir", a estimé vendredi sur Europe 1 Axelle Lemaire, ancienne secrétaire d'État chargée du Numérique et de l'Innovation.

"Le décès de la philosophie qui a présidé à la création d'Internet". Si la presse américaine n'hésite pas à évoquer "la mort d'Internet", Axelle Lemaire se veut néanmoins plus mesurée. Cette décision acte toutefois "le décès de la philosophie qui a présidé à la création d'Internet. C'était pensé comme une architecture technique, mais très ouverte, très décentralisée, avec l'idée que tout le monde pouvait contribuer à créer du contenu sur Internet, à diffuser cette information, et à la recevoir selon des conditions totalement égales", rappelle celle qui a porté ce combat sous le quinquennat de François Hollande.


"Un impact sur la diversité culturelle". "Or là, on voit bien qu'il y aura des conditions de portefeuille, et que ça a un impact sur la diversité culturelle, sur le contenu lui-même, parce que ça veut dire que ce seront les plus gros producteurs cinématographiques, par exemple, qui seront le plus en capacité de négocier avec les opérateurs. Cela risque de devenir beaucoup plus difficile pour les plus petits, les start-ups, les entreprises innovantes qui veulent accéder au réseau ou vendre des services, et pour les producteurs de contenu", regrette-t-elle.

"Une décision très politique". "C'est une décision très politique", accuse encore Axelle Lemaire, alors que la mesure voulue par Donald Trump revient sur une réglementation passée en 2015 à l'instigation de l'administration Obama. Malgré tout, une telle situation lui semble pour l'heure impossible en France, malgré le poids des lobbys télécoms. Et l'ancienne secrétaire d'État d'avertir : "à chaque fois qu'émergent des nouvelles technologies se crée une tension avec la volonté ou pas de réguler. Ce sera le cas avec l'arrivée de la 5G" à l'horizon 2020.