Wimbledon : les organisateurs accordent à Serena Williams, classée 183ème, le statut de tête de série

  • A
  • A
Wimbledon : les organisateurs accordent à Serena Williams, classée 183ème, le statut de tête de série
Les organisateurs ont prévu un traitement particulier pour Serena Williams. @ MATTHEW STOCKMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

L'Américaine sera tête de série n°25 au tournoi londonien, qui débute la semaine prochaine, un mois après la polémique à Roland-Garros où les organisateurs ne lui avaient pas octroyé ce statut.

L'Américaine Serena Williams sera tête de série n°25 au tournoi de Wimbledon qui débute la semaine prochaine, un mois après la polémique à Roland-Garros où les organisateurs ne lui avaient pas octroyé ce statut.

Serena Williams de retour de grossesse. De retour de grossesse, Serena Williams n'occupe que la 183ème place mondiale et ne peut donc théoriquement prétendre à être tête de série. Elle s'est malgré tout vue accorder ce statut privilégié par les organisateurs. Ceux-ci suivent en général le classement mondial pour les têtes de série, mais à Wimbledon ils se réservent le droit d'apporter des modifications pour "un tirage équilibré".

Retour des joueuses d'un congé maternité. Le refus des organisateurs de Roland-Garros d'accorder le statut de tête de série à Serena Williams avait été qualifié à la fin mai de "ridicule" par la fille et conseillère de Donald Trump, Ivanka. La question du traitement sur le circuit par les organisateurs des femmes de retour d'un congé maternité s'était alors posée. L'Américaine, après trois victoires sur la terre battue parisienne, avait finalement déclaré forfait avant d'affronter une autre ex n°1 mondiale en 8èmes de finale, Maria Sharapova. Blessée là l'épaule, elle n'avait pu défendre ses chances.

Pas de traitement particulier pour Andy Murray. En revanche, Andy Murray, lui aussi ancien n°1 mondial, qui a tout juste commencé à rejouer après un an d'absence, ne sera pas tête de série chez les messieurs. Vainqueur à deux reprises sur le gazon londonien, l'Ecossais sort à peine d'un tunnel d'un an, perturbé par un problème à la hanche qui l'a contraint à subir une opération en janvier. Son retour sur les courts au Queen's il y a quelques jours ne s'est pas passé comme prévu.