VIDÉO-Ligue 1 : la présidence de Michel Seydoux au Losc en cinq dates

  • A
  • A
VIDÉO-Ligue 1 : la présidence de Michel Seydoux au Losc en cinq dates
Michel Seydoux a notamment remporté la Coupe de France avec le Losc lors de la saison 2010-2011. @ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Patron du Losc depuis 2002, Michel Seydoux va passer la main au nouveau propriétaire, l’homme d’affaires Gérard Lopez, après quinze ans de présidence. 

VIDEO

Une page se tourne à Lille. Le rachat du Losc par l’homme d’affaires Gérard Lopez sera officialisé vendredi, après plusieurs mois de négociations. Michel Seydoux, président historique depuis 2002, s’apprête à céder le club nordiste au terme d’un mandat marqué par des hauts, comme le doublé Coupe-Championnat en 2010-2011, ou l’inauguration du stade Pierre-Mauroy, mais aussi des bas, avec des résultats décevants ces dernières années. Retour en cinq dates sur l’ère Seydoux au Losc.

  • 20 février 2007  : le cruel coup franc de Ryan Giggs

Arrivé à Lille en 2002, Michel Seydoux obtient très vite des résultats, avec une surprenante deuxième place en 2004-2005, puis une troisième place en 2005-2006. Le Losc, club moyen du championnat de France à cette époque, gagne ainsi le droit de disputer la Ligue des champions et obtient même la première qualification de son histoire en huitièmes de finale en 2006-07. Opposés à Manchester United, les hommes de Claude Puel, alors entraîneur, cèdent au match aller (0-1) sur un but controversé de Ryan Giggs sur coup franc en toute fin de match. Las, malgré leurs réclamations, les Lillois s’inclinent sur le même score au retour (1-0). Il s’agit à ce jour du seul et unique huitième de finale de C1 disputé par les "Dogues".


  • 14 mai 2011 : la Coupe de France en apéritif…

La saison 2010-2011 est un rêve éveillé pour le club de Michel Seydoux. Lille, en tête du championnat, est également qualifié pour la finale de la Coupe de France face au PSG. Au terme d’un match tendu, le remplaçant Ludovic Obraniak offre le trophée aux Nordistes grâce à un coup franc mal jugé par Grégory Coupet à l’ultime minute de jeu (1-0). Après 56 ans d’attente, Lille remporte sa sixième Coupe de France.  

21 mai 2011 : … avant l’apothéose en Ligue 1

Une semaine après son succès au Stade de France, le Losc réalise le doublé Coupe-Championnat, grâce à un match nul (2-2) sur la pelouse du… PSG. Une récompense amplement méritée pour cette équipe offensive et joueuse, alors entraînée par Rudi Garcia, et sublimée par un trio offensif de feu composé de Gervinho, Moussa Sow et du génie formé au club, Eden Hazard. L'apothéose de la présidence Seydoux.

  • 17 août 2012 : l'inauguration du stade Pierre-Mauroy

En plus d’avoir remis le Losc sur la carte de la Ligue 1, Michel Seydoux a également été un bâtisseur. Il a tout d’abord offert aux Dogues un centre d’entraînement dernier cri, au domaine de Luchin, inauguré en septembre 2007. Puis, cinq ans plus tard, son plus ambitieux projet se concrétise après des années de travail : l’inauguration du magnifique stade Pierre-Mauroy (50.000 places), le 17 août 2012 contre Nancy (1-1). Seul bémol, l’enceinte n’appartient pas au club, obligé de la louer et qui ne peut donc pas jouir de l’intégralité des bénéfices tirés de son exploitation.

  • 7 novembre 2012 : la correction subie à Munich

La digestion du titre de champion de France a été délicate pour le Losc. Lille perd ses meilleurs joueurs (Cabaye, Rami, Hazard…) mais se qualifie malgré tout pour la Ligue des champions édition 2012-2013. Sauf que cette campagne européenne est un cauchemar, avec en point d’orgue une défaite surréaliste au premier tour sur la pelouse du Bayern Munich (6-1, 5-0 à la mi-temps, avec un triplé de Claudio Pizarro et un dernier but de Toni Kroos, vidéo), futur vainqueur de la compétition. Déjà éliminés en phase de poules la saison précédente, les Dogues terminent derniers de leur groupe avec une seule victoire pour cinq défaites. Le symbole du déclin lillois, qui depuis n’a plus disputé la Ligue des champions, malgré une troisième place en Ligue 1 en 2013-2014. A Gérard Lopez, désormais, de remettre le Losc sur la carte de l’Europe.