Vendée Globe : Sébastien Destremau "soulagé" et déjà prêt à repartir

  • A
  • A
Partagez sur :

Le skipper a bouclé son Vendée Globe aux Sables d'Olonne, dans la nuit de vendredi à samedi. Le 18e et dernier marin en course exprime son soulagement et sa joie de franchir la ligne d'arrivée. 

"Avec cette course, tout peut arriver !" Sébastien Destremau a (enfin) bouclé, dans la nuit de vendredi à samedi, cette 18e édition du Vendée Globe après 124 jours en mer, et de nombreuses difficultés. Dernier du début à la fin de la course, c’est le soulagement qui prédomine chez le marin toulonnais, après une course jalonnée d’avaries jusqu’aux dernières heures  "A moins de trois heures de la ligne d’arrivée, un filet s’est enroulé autour de la quille du bateau. C’est un événement de course qui arrive à deux heures de la ligne d’arrivée (…) c’est incroyable", a-t-il raconté au micro d'Europe 1.

Le soulagement "du top du directeur de course". Après quatre mois en pleine mer, Sébastien Destremau peut enfin souffler et relâcher la pression. Avant de poser pied à terre, c’est un détail bien particulier qui l’a marqué lors de son arrivée : "C’est un soulagement de couper la ligne d’arrivée, c’est un moment que j’attendais depuis le départ. C’est beaucoup de pression, et cette pression disparaît totalement quand on entend le TOP du directeur de course dans la VHF (la radio qui permet aux marins de communiquer, ndlr)."

Une volonté et un mental intact. Si l’épreuve a laissé des traces sur le physique du marin (il a dû se rationner pendant deux semaines et s’est fracturé des côtes), son état d’esprit est toujours positif et il se dit même prêt à reprendre la mer sans attendre : "mentalement, ça va extrêmement bien. Si le Vendée Globe partait demain, je repartirais avec eux".

"Remercier le public pour son soutien". Et si son moral est encore au beau fixe, c’est aussi parce que le skipper a reçu le soutien du public tout au long de la course. "Ca va être top de pouvoir les remercier en passant avec le bateau dans le chenal, j’attends ça avec beaucoup d’impatience.