Ukraine : les supporters noirs du Dynamo Kiev bientôt regroupés dans la même tribune ?

  • A
  • A
Ukraine : les supporters noirs du Dynamo Kiev bientôt regroupés dans la même tribune ?
@ AFP
Partagez sur :

FOOT - C'est la proposition, pour le moins surprenante, faite par le directeur du stade Olympique de Kiev pour éviter les incidents racistes. Une idée "complètement ridicule" pour l'UEFA.

Comment lutter contre le racisme dans les stades de football ? Le directeur du stade Olympique de Kiev a sa petite idée. Dans une interview rapportée par ITV.com, Volodimir Spilchenko explique sa solution pour faire face aux redondants problèmes de racisme lors des matches à domicile du Dynamo Kiev, l'un des plus importants clubs de football ukrainien. Ainsi, le directeur propose rien de moins que l'idée de "créer une tribune spéciale pour les personnes de couleur noire, dans le but d'éviter tout acte raciste". 

Une "bonne" idée. L'idée lui aurait été soufflée par un journaliste local et jugée par le directeur du stade comme "bonne", une semaine après les incidents qui ont émaillé la rencontre de Ligue des champions entre le Dynamo et Chelsea (0-0). Saisie, la commission disciplinaire de l'UEFA a décidé mardi de nommer un inspecteur pour enquêter sur ces incidents à caractère raciste. La commission "a décidé de nommer un inspecteur de l'UEFA pour l'éthique et la discipline afin de conduire une enquête", avec un rôle qui s'apparente selon l'instance européenne foot à celui d'un procureur.

"Complètement ridicule". L'instance européenne n'a par ailleurs pas tardé à réagir à cette "idée" de Volodimir Spilchenko. Par la voix de Piara Powar, le chef de la cellule anti-racisme, l'UEFA a qualifié la proposition de "complètement ridicule". "Il n'y a pas assez de supporters noirs du Dynamo Kiev, ni même dans l'ensemble de la ville de Kiev et qui, a fortiori, assistent aux matches du Dynamo, pour créer une tribune séparée. Et si c'était le cas, nous ne savons pas ce qui pourrait se passer. Ils se feraient tout simplement attaquer", souligne encore Piara Powar.