Tour de France : Aru remporte la 5ème étape, Froome en jaune

  • A
  • A
Tour de France : Aru remporte la 5ème étape, Froome en jaune
Fabio Aru remporte la première étape du Tour de France de sa carrière.@ Jeff PACHOUD / AFP
Partagez sur :

Le champion d’Italie a remporté la cinquième étape à la Planche des Belles Filles. Mais c’est bien le Britannique, tenant du titre, qui se place en tête du classement général. 

TOUR DE FRANCE

Cette fois, pas de psychodrame pour la cinquième étape du Tour de France. Au lendemain de l’exclusion de Peter Sagan, coupable d’avoir fait chuter Mark Cavendish dans le sprint de la quatrième étape, le cyclisme a repris ses droits, et les favoris de la Grande Boucle ont offert un beau spectacle à l’occasion de la difficile ascension de la Planche des Belles Filles. C’est Fabio Aru, le plus offensif, qui l’a emporté. Le champion d’Italie a devancé l’Irlandais Daniel Martin et Christopher Froome. Bien épaulé par une équipe Sky encore impressionnante, le tenant du titre s’empare du maillot jaune.

  • Première pour Fabio Aru

En 2016, Fabio Aru avait participé à son premier tour de France, et l’expérience avait finalement été mitigée. Malade en fin de course, il avait terminé 13ème de l’épreuve, loin de Christopher Froome et de ses ambitions initiales. Maillot du champion d’Italie sur les épaules, voilà le leader d’Astana beaucoup mieux lancé avec cette belle victoire, après une attaque des plus franches à 2,2 kilomètres de l’arrivée. Fabio Aru est d’autant plus revanchard que, blessé, il n’avait pas pu participer au Tour d’Italie, son véritable objectif de l’année, qui partait de sa Sardaigne natale. Il pourrait se consoler de la plus belle manière avec la Grande Boucle. Car il a démontré qu’il faudrait compter avec lui.

  • Froome prend le pouvoir

C’était la troisième fois que l’arrivée d’une étape du Tour était jugée à la Planche des Belles Filles. Et en 2012 comme en 2014, c’est celui qui a endossé le maillot jaune après l’arrivée qui a fini en grand vainqueur à Paris. L’histoire pourrait bien encore se répéter cette année. Car malgré sa troisième place, Christopher Froome reste le grand favori à sa succession. Son équipe Sky a montré qu’elle était encore capable de verrouiller la course dans les ascensions les plus difficiles, et Nairo Quintana, deuxième l’an passé, a montré des signes de faiblesse. Il se pourrait bien que le maillot jaune ne change plus d’épaules jusqu’aux Champs-Elysées.

Le classement général : 1. Christopher Froome (GBR/SKY), 18h38'59''
2. Geraint Thomas (GBR/SKY) à 12''
3. Fabio Aru (ITA/AST) à 14''
4. Daniel Martin (EIR/QST) à 25''
5. Richie Porte (AUS/BMC) à 39''
6. Simon Yates (GBR/ORS) à 43''7. Romain Bardet (FRA/ALM) à 47''
8. Alberto Contador (ESP/TFS) à 52''
9. Nairo Quintana (COL/MOV) à 54''
10. Rafal Majka (POL/BOH) à 1'01''

  • Bardet a tenu le choc

C'est la bonne nouvelle du jour côté français. Romain Bardet a montré qu'il était bien un prétendant à une bonne place dans le classement final. Le Français a terminé cinquième de l'étape, à 24 secondes de Fabio Aru et à quatre secondes seulement de Christopher Froome. Voilà le leader d'AG2R septième du classement général, à 47 secondes du Britannique. 

  • Une échappée royale

Sur le Tour de France, les échappées sont quotidiennes, mais il est rare qu’elles aient si fière allure. Dès le premier kilomètre, huit hommes se sont détachés, dont cinq anciens vainqueurs d’étape. Parmi eux, le Belge Philippe Gilbert, qui fêtait son 35ème anniversaire, le Norvégien Edvald Boasson Hagen, et surtout le Français Thomas Voeckler, quatre étapes au compteur, porteur du maillot jaune au total pendant vingt jours, et meilleur grimpeur du Tour en 2012.

Mais malgré le pedigree de ses membres, l’échappée n’a jamais pu compter plus de 3’30’’ d’avance, et ont abordé la montée vers la Planche des Belles Filles avec moins d’une minute d’avance. Insuffisant pour résister au retour des favoris. Ce sont Philippe Gilbert et son compatriote Jan Bakelants qui ont résisté le plus longtemps. Les deux hommes se sont donnés une belle accolade après avoir été repris par le peloton.

  • BMC, un gros effort en vain

Cela risque de faire jaser. Pendant toute l’étape, c’est l’équipe BMC qui a assuré la poursuite derrière les échappés, pendant que la Sky de Christopher Froome, certes toujours bien placée, laissait faire. Au final, Richie Porte, le leader de la BMC, n’a pas attaqué le premier, laissant cet honneur à Fabio Aru. Il s’est contenté de suivre Christopher Froome, pour une quatrième place à l’arrivée, forcément amère.