Tour de France 2016 : les cinq points chauds

  • A
  • A
Tour de France 2016 : les cinq points chauds
Il faudra faire fort pour succéder à Chris Froome, le dernier vainqueur du Tout de France.@ Kenzo TRIBOUILLARD/AFP
Partagez sur :

PROGRAMME - La Grande Boucle 2016, dont le parcours a été dévoilé mardi, promet d’être spectaculaire. Europe1.fr a sélectionné cinq étapes clé. 

Le Tour de France 2016 se gagnera sans aucun doute en montagne. La compétition phare du cyclisme mondial, dont le parcours de l’édition 2016 a été dévoilé mardi, connaîtra encore son lot d’émotion et, les fans de cyclisme l’espèrent, de rebondissements. Pas moins de 26 cols sont au programme, dons six classés hors catégorie, les plus difficiles. Deux contre-la-montre viendront également pimenter l’épreuve. Europe1.fr a sélectionné cinq étapes à suivre tout particulièrement.

5e étape : Montagnes russes au Lioran. Après le départ du Mont-Saint-Michel et quatre étapes dont le principal danger sera constitué par le vent, les favoris pourront se montrer une première fois lors de la cinquième étape disputée entre Limoges et Le Lioran. Pour arriver dans cette station située au cœur des Monts du Cantal, à 1.200 mètres d’altitude, les coureurs devront se coltiner 35 kilomètres de montées et de descentes, véritables montagnes russes auvergnates.  Les premières esquisses du futur Top 10 se dessineront là.

12e étape : La fête nationale au Mont Ventoux. Sans doute l’une des étapes phare du Tour 2016. Le 14 juillet, fête nationale, jour où tous les coureurs français veulent briller, les concurrents arriveront au sommet du Mont Ventoux, l’un des cols les plus difficiles de l’édition. Le peloton abordera en outre le Géant de Provence par son versant sud, le plus majestueux. Là encore, les favoris, dont Christopher Froome, vainqueur au sommet du Mont chauve en 2013, auront l’occasion de frapper un grand coup.  

17e étape : A la découverte Finhaut-Emosson. Lors de la dernière semaine de course, c’est le Mont Blanc qui sera la star omniprésente du parcours. A commencer par cette 17e étape, où les coureurs découvriront comme arrivée le barrage d’Emosson, à l’issue d’une ascension finale inédite et très raide disputée en Suisse. Le spectacle s’annonce majestueux. Le Mont Blanc en arrière-plan, les bus des équipes garés sur le barrage et deux lacs en décor principal. Sans oublier les coulisses, puisque les coureurs seront évacués par... une galerie gigantesque de 7 kilomètres creusée sous le lac. "Un univers à la James Bond", selon l'expression du directeur du Tour Christian Prudhomme

18e étape : Sur les traces du "Blaireau". C’est un double retour en arrière que les organisateurs du Tour de France 2016 ont concocté avec ce contre-la-montre en montagne, entre Sallanches et Megève. D’abord parce que l’exercice du chrono en côte n’avait plus eu lieu depuis 2004 sur la Grande Boucle. Ensuite parce que ces 17 kilomètres, dont 10 kilomètres d’ascension, emprunteront la côte de Domancy, (2,5 km à 9,4 %), là même où un certain Bernard Hinault, dernier Français vainqueur de l’épreuve avait placé son attaque décisive pour devenir champion du monde, en 1980. Celui qui était affectueusement (ou pas) surnommé "le Blaireau" pendant sa carrière est accessoirement le dernier vainqueur français du Tout. C'était en 1985.

20e étape : Le juge de paix. Megève-Morzine. Les organisateurs du Tour de France aiment pimenter la course jusqu’au bout. Comme en 2014 et 2015, l’avant-dernière étape se disputera en montagne. Cette fois, l’arrivée se jugera à Morzine. L’étape sera courte, 148 kilomètres, mais dense, ô combien. Quatre cols seront au programme, dont celui de Joux Plane, long de près de 12 kilomètres à 8,5% de moyenne. Et une fois franchi, il faudra descendre pendant 12 kilomètres jusque la ligne d’arrivée, un exercice que tous les coureurs ne goûtent pas forcément. Une chose est sûre, le vainqueur de la Grande Boucle 2016 sera connu au soir de cette 20e étape.