Sky, du Tour à la terre

  • A
  • A
Sky, du Tour à la terre
@ REUTERS
Partagez sur :

OBJECTIFS - L'équipe britannique a revu ses ambitions à la baisse sur la Grande Boucle.

Double vainqueur du Tour de France en 2012 (Bradley Wiggins) et 2013 (Christopher Froome), l'équipe britannique Sky a dû revoir ses ambitions à la baisse sur l'édition 2014 avec l'abandon précoce de son leader et tenant du titre. Tombé la veille, "Froomey" a abandonné lors de la 5e étape qui arrivait à Arenberg-Porte du Hainaut. Richie Porte, deuxième du Dauphiné l'an dernier, est alors devenu leader de substitution. Mais, vers la montée vers Chamrousse, vendredi, patatras ! L'Australien est victime d'une terrible défaillance et concède près de neuf minutes au classement général. Et, à l'entame de la 16e étape, mardi, voici Porte repoussé à la 15e place, à plus d'un quart d'heure du leader, l'Italien Vincenzo Nibali (Astana). Le Tour des Sky serait-il déjà fini ?

Bernhard Eisel (930x620)

Une étape dans le viseur. "Pour nous, le classement général, c'est un peu foutu", reconnaît au micro d'Europe 1 Nicolas Portal, l'un des directeurs sportifs de l'équipe britannique. "Même s'il est encore possible de faire un Top 10 (Porte comptait mardi 6'18" de retard sur l'actuel 10e du classement général, ndlr), mais il n'y a aucun objectif avec ça. En revanche, c'est plus de remettre sur pied Mikel Nieve et "Richie" (Porte), qui était un peu malade des jours-ci." Et ça s'est vu, mardi. Porte a encore lâché prise dans le port de Balès, principale difficulté de la journée... Et voilà donc le dominateur Team Sky revenu sur terre, redevenu une "équipe normale", à la recherche d'une victoire d'étape. "Ce serait idéal", convient Portal. "Montrer notre caractère un peu. Il y a de bons coureurs, l'équipe est en bonne santé quand même. Le moral est bon, il y a de très belles étapes qui peuvent nous sourire." Message reçu. Mardi, ils étaient deux membres du Team Sky à avoir pris place dans la vaste échappée de 21 coureurs entre Carcassonne et Bagnères-de-Luchon : l'Autrichien Bernhard Eisel et le Biélorusse Vasil Kiryienka. Sans succès.

Froome à terre, Porte distancé, Wiggins à la maison. Mais, pour ce qui est du podium final sur les Champs-Elysées, Sky attendra. La défaillance de Porte a évidemment ramené à la surface l'absence de Wiggins. Avec la chute de Froome, le vainqueur du Tour 2012 aurait-il pu endosser le statut de leader de substitution, lui qui avait survolé l'édition 2012 ? Non, a estimé Dave Brailsford, le manager de l'équipe britannique. "Nous avons un plan B fantastique avec "Richie" et "G" (Geraint Thomas, 18e du classement général mardi matin, ndlr)", avait-il argumenté à Sky Sports News dans la foulée de l'abandon de Froome. "Si Brad avait été là, "Richie" aurait quand même été notre plan B et les gens doivent se rendre compte de ça. Vous prenez des décisions à un moment avec les meilleures intentions et vous vous y tenez. C'est la vie." Vainqueur en 2012, Wiggins n'a plus participé au Tour depuis. Et pas sûr que ce soit le cas l'année prochaine. Le dandy britannique a dit son envie de briller sur Paris-Roubaix et sur le record de l'heure...

>> VOIR AUSSI : Irrité, Voeckler s'arrête et allume un spectateur