Quand France Télés fait chuter deux coureurs

  • A
  • A
Quand France Télés fait chuter deux coureurs
@ FRANCE TELEVISIONS
Partagez sur :

VIDEO - Partis en pleine échappée, Flecha et Hoogerland ont été heurtés par une voiture.

Deux coureurs échappés, l'Espagnol Juan-Antonio Flecha et le Néerlandais Johnny Hoogerland, ont été heurtés par une voiture et ont chuté, dimanche, à 35 kilomètres de l'arrivée de la 9e étape du Tour de France. La voiture de France Télévision qui doublait l'échappée sur une route étroite a fait un écart pour éviter un arbre sur le bord de la route.

En se rabattant vers la chaussée, elle a alors heurté Juan-Antonio Flecha, de l'équipe Team Sky, qui menait le groupe. L'Espagnol a été propulsé sur Jonny Hoogerland, de l'équipe Vacansoleil-DCM, qui a effectué une cabriole spectaculaire dans une clôture de fils de fer barbelé.

Le prix de la combativité pour compensation

Les deux coureurs se sont relevés. Juan-Antonio Flecha a repris la route immédiatement. Johnny Hoogerland, virtuel meilleur grimpeur de l'épreuve, a mis beaucoup plus temps à remonter sur son vélo.

Le Néerlandais a franchi la ligne d'arrivée les genoux et les jambes ensanglantés, puis est monté sur le podium en larme pour recevoir le maillot du meilleur grimpeur. Pour récompenser leur effort et consoler leur malchance, les commissaires de la course ont décidé d'attribuer aux deux coureurs le prix de la combativité.

Le directeur du Tour s'excuse, la voiture exclue

Après la fin de l'étape, Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, a qualifié de "scandale" l'accident provoqué par la voiture de France Télévisions. Et de préciser : "on présente nos excuses aux coureurs et aux équipes. Deux accidents liés aux médias en quelques jours sur le Tour de France, une moto de photographe et ensuite une voiture technique, ce sont deux accidents de trop".

Le directeur sportif de l'équipe Vacansoleil, Hilaire van der Schueren, a précisé qu'il "discuterait lundi avec son équipe de ce qui s'est passé". Mais il a quand même tenu à préciser que "le parcours n'a rien à voir avec l'accident. C'est un chauffeur qui n'a pas la capacité d'être dans une course". La direction du Tour de France n'a d'ailleurs pas traîné pour prendre des sanctions puisque la voiture a été exclue de cette 98e édition.