Evans à jamais le premier

  • A
  • A
Evans à jamais le premier
@ REUTERS
Partagez sur :

LE TOUR EN UN CLIC - Cadel Evans va devenir dimanche le premier Australien à remporter le Tour.

Evans, roi des Aussies. Il n'y a pas eu de suspense, samedi, lors du contre-la-montre autour de Grenoble. Dès les premiers kilomètres de course, le porteur du Maillot Jaune, Andy Schleck, a commencé à perdre du temps. Après 15 kilomètres, il avait déjà concédé 36 secondes. Sur un circuit qu'il connaissait par coeur, pour l'avoir couru sur le Dauphiné cette année, Evans n'a fait qu'accroître son avance. Dimanche, sur les Champs, Evans deviendra à 34 ans le premier Australien à remporter le Tour de France. A lire : Evans, la consécration

La fin de la malédiction. La victoire d'Evans sur le Tour, c'est la victoire de l'abnégation pour celui qui, l'an dernier, s'était fracturé le coude le jour où il s'emparait de la tunique de leader. Après avoir échoué au pied du podium en 2006, l'Australien avait terminé deux fois deuxième du Tour, en 2007 derrière Alberto Contador, et en 2008, derrière Carlos Sastre. Cette année-là, il avait manqué l'occasion de s'emparer du Maillot Jaune lors du dernier chrono. L'histoire ne s'est pas répétée. A lire :Evans : "j'ai évité la malchance"

Grenoble attend le vainqueur du Tour

Un champion tout-terrain. Ce Tour 2011, Evans l'a gagné lors du dernier contre-la-montre. Mais il a également brillé en montagne, notamment dans le Galibier jeudi, où il a roulé sur Andy Schleck, et dans les bosses finales, une spécialité qui lui avait permis de remporter la Flèche Wallonne en 2010. Car s'il a échoué pour sept secondes face à Martin samedi, il avait déjà une étape dans son escarcelle, la 4e, qu'il avait enlevée avec panache au sommet du Mûr-de-Bretagne. Cette polyvalence, Evans la tient de sa carrière en VTT, dont il remporta la Coupe du monde en 1998 et 1999. Plus d'une décennie plus tard, il va gagner la plus belle épreuve par étapes de sa carrière, deux ans après avoir revêtu le maillot arc-en-ciel de champion du monde.

De l'importance de la préparation. Vainqueur à plus de 34 ans de son premier Tour de France, Cadel Evans a prouvé que l'expérience n'était pas la moindre des qualités pour gagner le Tour de France. Expérience et préparation. Car en choisissant de disputer le Dauphiné, l'Australien s'était offert une répétition grandeur nature du contre-la-montre Grenoble-Grenoble, au parcours identique sur le Dauphiné et sur le Tour. Les Schleck, eux, avaient opté pour le Tour de Suisse, où Andy n'avait fait que de la figuration. Le Tour, une histoire de détails.

Andy Schleck, à Grenoble (930x620)

© REUTERS

Andy, le Poulidor luxembourgeois. Andy Schleck va boucler dimanche son troisième Tour de France consécutif à la deuxième place. Après avoir échoué deux fois derrière Contador, il cède cette fois derrière Evans, sans jamais avoir semblé en mesure de contester sa supériorité contre-la-montre. Andy sera accompagné sur le podium par son frère Fränk, qui a logiquement conservé sa troisième place. Dans un entretien réalisé en janvier dernier par France 2, Andy expliquait qu'il préférait que les frères fassent 1e et 5e plutôt que 2e et 3e. Manqué. A lire :Schleck, encore raté

Voeckler va finir quatrième. "Le podium, je l'ai perdu hier (vendredi)." Son contre-la-montre achevé, Thomas Voeckler était toujours amer par rapport à sa "contre-performance" dans l'étape de l'Alpe-d'Huez. "Je suis un peu déçu parce que j'ai caressé le rêve mais c'est un rêve, ça veut bien dire ce que ça veut dire, c'est inaccessible", a-t-il confié au micro de France 2. On ne pourra pas lui reprocher ce léger sentiment d'amertume. Car le Français, contre toute attente, a repris du temps aux frères Schleck sur les 42,5 kilomètres du chrono (24 secondes sur Andy et 27 sur Fränk). Pas assez cependant pour accéder au podium, au pied duquel il échoue pour 50 secondes seulement.

Tony Martin, vainqueur à Grenoble (930x620)

© REUTERS

Martin bisse. Le 8 juin dernier, sur un parcours identique, Tony Martin (HTC) avait remporté sur le Dauphiné Libéré le contre-la-montre Grenoble-Grenoble en 55'28". Un peu plus d'un mois plus tard, le rouleur allemand a remis ça, avec seulement... cinq secondes de plus. Mis à part Evans, Martin n'a eu aucun adversaire à sa mesure. Troisième de l'étape, Alberto Contador (Saxo Bank) a été repoussé à plus d'une minute de Martin.

Les Norvégiens sous le choc. Les deux Norvégiens du peloton, Edvald Boasson Hagen et Thor Hushovd, vainqueurs tous deux de deux étapes, étaient profondément marqués par les attentats qui ont touché la capitale de leur pays, Oslo, vendredi après-midi. "Ma tête est en Norvège", a dit le champion du monde Thor Hushovd après le contre-la-montre de Grenoble. "C'est dur de penser à courir, à souffrir pendant que la vraie vie se passe comme en Norvège. c'est dur pour la tête." Champion de Norvège du chrono, Boasson Hagen, portait les couleurs de son pays, samedi. "Cela semble irréel d'être ici, c'est très difficile de comprendre ce qui est arrivé. Je suis très triste. Avec Thor, nous nous soutenons depuis hier et le réconfort de nos équipes est important." Le bilan du double attentat est de 92 morts.