Tour de France : "non", il n'y a rien de secret dans le bus de la Sky

  • A
  • A
Tour de France : "non", il n'y a rien de secret dans le bus de la Sky
A l'intérieur du "Motorhome" de l'équipe Sku@ LUK BENIES / AFP
Partagez sur :

Europe 1 a eu accès au motorhome de l'équipe du maillot jaune, Chris Froome, au centre de toutes les suspicions.

Mardi est un jour de repos sur le Tour de France. Les coureurs en profitent pour recharger les batteries avant le grand final dans les Alpes, avec quatre étapes montagneuses au programme, et l'arrivée sur les Champs-Elysées, dimanche. Le leader Chris Froome, qui a plus de trois minutes d'avance sur ses principaux concurrents, saura-t-il résister aux attaques dont il fera l'objet ? En attendant la réponse à cette question, l'envoyée spéciale d'Europe 1 a pu pénétrer l'intimité de la Sky, l'équipe du maillot jaune, et l'un de ses fameux motorhomes.

qqqqqqqq

"C'est un camping-car, mais avec plus d'espace". Objet de tous les fantasmes, le motorhome de la Sky était occupé par l'Australien Richie Porte pendant le Tour d'Italie. Mais la direction du Tour de France obligeant tous les coureurs à dormir à l'hôtel, ce sont les dirigeants de la Sky qui ont posé leurs valises dans l'immense camion : Dave Brailsford, le manager, Tim Kerrison, l'entraîneur de Froome, et Nicolas Portal, le directeur sportif français de l'équipe anglaise. C'est lui qui nous a fait la visite guidée : "Il y a une cuisine, un frigo américain à double porte, un four, un micro-ondes, une machine à laver, un sèche-linge. C'est un camping-car, mais avec plus d'espace".

Des chambres à hypoxie ? "Non, il n'y a rien…" Les passionnés de la petite reine – et ceux qui s'interrogent sur les prestations XXL de Chris Froome -, qui imaginaient des appareils ultra-sophistiqués, en sont pour leur frais. La rumeur faisait notamment état de chambres à hypoxie qui reproduisent les conditions d'altitude pour enrichir le sang. "Non, il n'y a rien… C'est la même chose que pour les moteurs dans les vélos : on démonte un pédalier et on démonte une selle, que faire de plus quand on voit qu'il n'y a rien dedans ? J'ai des anciens coureurs qui dormaient dans une tente pour essayer de recréer le phénomène de l'altitude, mais c'est très lourd à installer et il n'y a pas vraiment d'intérêt", explique encore le directeur sportif.

Mais alors pourquoi avoir emmené ces trois énormes camions – qui coûtent 1,5 million d'euros l'unité - s'ils ne servent qu'à loger les dirigeants ? "Pour tester grandeur nature la faisabilité en montagne, les parkings etc…" Tout simplement...