Tour de France 2017 : toutes les primes que gagneront les coureurs

  • A
  • A
Tour de France 2017 : toutes les primes que gagneront les coureurs
Chris Froome a empoché 500.000 euros en 2016 juste pour sa victoire finale. @ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

Le vainqueur de la 104ème édition de la Grande Boucle empochera 500.000 euros. Mais quel est le montant des autres primes ? 

Au cours des trois semaines de course et des 3.540 kilomètres d’efforts, les coureurs auront la possibilité d’empocher des primes en fonction de leurs résultats. Des prize money qui s’ajoutent bien évidemment à leurs salaires versés par leur équipe. Au total, ASO, l’organisation du Tour de France, répartira plus de 2,2 millions d’euros aux coureurs. Passage en revue de tous les gains sur la Grande boucle 2017 qui s'élance samedi 1er juillet de Düsseldorf, en Allemagne.

500.000 euros pour le vainqueur, 3.800 euros pour le 10e. Avant de rentrer dans le détail de tous les gains possibles (maillots, sprints de bonification, étape,…), regardons d’abord les primes finales. Celles-ci varient énormément en fonction du classement général. Si le lauréat touche un demi-million d’euros, le 10ème, lui, ne touche "que" 3.800 euros. Selon le règlement du Tour de France, il est également prévu une dotation de 1.000 euros pour tous les coureurs qui terminent la course, au-delà de la 20ème place.

Notons également que le porteur du maillot jaune perçoit 500 euros par jour.

11.000 euros pour le vainqueur d’étape. Pour gagner de l’argent, les coureurs auront aussi la possibilité de s’imposer lors d’une étape. Celui qui franchira la ligne d’arrivée empochera ainsi 11.000 euros. Mais les primes baissent assez fortement ensuite. Ainsi, le troisième de l’étape touchera 2.800 euros et le dixième 600.

25.000 euros pour le meilleur grimpeur. A côté du classement général et du classement de l’étape, les coureurs ont la possibilité de tenter leur chance dans d’autres domaines. Ainsi, le vainqueur du classement du meilleur grimpeur gagnera la jolie somme de 25.000 euros sur les Champs-Elysées (15.000 euros pour le second et 10.000 euros pour le troisième). Et chaque jour, le porteur du célèbre maillot blanc à pois rouges recevra 300 euros. Mais ce n’est pas tout : le coureur qui franchit un col hors catégorie en premier touchera 800 euros (650 euros pour un col de 1ère catégorie, 500 euros pour un col de 2ème catégorie, 300 euros pour un col de 3ème catégorie et 200 euros pour un col de 4ème catégorie).

25.000 euros pour le meilleur sprinteur. Le vainqueur final du maillot vert remportera lui un chèque de 25.000 euros (15.000 euros pour le second et 10.000 euros pour le troisième). Et lors des trois semaines de course, les sprinteurs ferrailleront pour remporter les 19 sprints de bonification répartis par les organisateurs sur le parcours. A chaque fois, le plus rapide empochera 1.500 euros (1.000 pour le second et 500 euros pour le troisième). A l’instar du maillot de meilleur grimpeur, le coureur qui aura le maillot vert sur les épaules touchera 300 euros par étape.

podium-tour-de-france

20.000 euros pour le meilleur jeune. Ce classement concerne les coureurs qui ont moins de 25 ans. Le mieux classé à chaque étape gagnera une enveloppe de 500 euros. Pour porter le maillot blanc lors d’une étape, le même coureur touchera 300 euros. Enfin, celui qui sera le plus rapide à l’issue des 21 étapes se verra remettre un chèque de 20.000 euros (15.000 euros pour le second et 10.000 euros pour le troisième).

50.000 euros pour la meilleure équipe. Autre moyen de gagner de l’argent : le classement par équipes, calculé par l'addition des trois meilleurs coureurs à chaque étape. Les 22 équipes engagées pour cette 104ème édition essaieront de placer le maximum de coureurs devant avec un objectif commun : terminer sur la première marche du podium des équipes, le 23 juillet prochain, sur les Champs-Elysées. Avec comme récompense finale un chèque de 50.000 euros. A chaque étape, l'équipe vainqueur remporte 2 800 euros.

2.000 euros pour le combatif du jour. Les longues échappées sont récompensées depuis 1956. Le coureur qui se dépensera le plus gagnera 2.000 euros par étape. Et le "super combatif", le vainqueur finale de ce classement, empochera 20.000 euros à Paris.

Par ailleurs, il existe trois autres primes exceptionnelles : le Souvenir Jacques Goddet, qui offre 5.000 euros au premier coureur qui franchit le col du Tourmalet (8ème étape), le Souvenir Henri Desgrange, qui décerne également 5.000 euros au premier coureur au sommet du port d’Envalira (10ème étape) et le Prix Bernard Hinault, qui permet au coureur ayant réalisé le meilleur temps lors de l’ascension de la côte de Domancy (18ème étape) d’empocher 5.000 euros.