Tour de France 2017 : ces dix moments qu'on attend vraiment

  • A
  • A
Tour de France 2017 : ces dix moments qu'on attend vraiment
Le parcours du Tour 2017 réserve quelques belles surprises…@ Philippe LOPEZ/AFP
Partagez sur :

Le parcours du Tour de France 2017 a été dévoilé mardi. Il recèle quelques nouveautés et plusieurs classiques qui font très envie.

TOUR DE FRANCE

Après 103 éditions, comment se montrer encore original ? C'est avec cette question en tête que les organisateurs du Tour de France ont dessiné le tracé de la Grande Boucle 2017. Et force est de constater qu'ils sont encore parvenus à nous surprendre, même si certains passages sont clairement plus là pour la carte postale que pour faire basculer l'épreuve. Passage en revue des dix passages qui nous font le plus envie, à nous spectateurs, mais aussi à eux, les coureurs.

Le contre-la-montre au-dessus du Rhin. 1re étape, samedi 1er juillet. Après une étape en ligne, l'an dernier, vers Utah Beach, le Tour 2017 revient à un plus traditionnel contre-la-montre pour ouvrir les hostilités. Ce qui l'est moins, traditionnel, c'est l'endroit, l'Allemagne, qui n'avait plus été le théâtre du Grand Départ du Tour depuis 1987. Trente ans après Berlin, c'est la ville de Düsseldorf qui accueillera cette fois les coureurs, pour un chrono qui s'annonce spectaculaire, avec un double passage au-dessus du Rhin.

Düsseldorf est surnommée le "petit Paris" :


La bosse d'arrivée à Longwy. 3ème étape, lundi 3 juillet. C'est la première difficulté répertoriée sur ce Tour : la première arrivée en France aussi, à Longwy, en Lorraine, au bout d'une belle bosse d'un peu moins de deux kilomètres (1,6 km à 5,8% de moyenne) avec un passage à 11%. Le Français Julian Alaphilippe (Etixx-Quick Step), qui a découvert le Tour l'an dernier, a déjà lâché : "D'après ce que j'ai vu, le final de Longwy me paraît bien". Tous ses collègues puncheurs, dont Peter Sagan, sont sans doute du même avis.

Le retour à la Planche des Belles Filles. 5ème étape, mercredi 5 juillet. En quelques années, la Planche des Belles Filles s'est imposée comme un classique du Tour. Et, comme l'a dit le directeur du Tour, Christian Prudhomme, elle ne s'est offert pour le moment qu'à de jolis et grands garçons : Christopher Froome en 2012, Vincenzo Nibali en 2014. "L'étape est un peu moins dure qu'en 2014 mais elle a lieu sur mes routes d'entraînement", a relevé Thibaut Pinot (FDJ), qui n'a pipé mot sur ses ambitions mais qui a confirmé qu'il serait bien au départ du Tour l'an prochain.

La montée vers les Rousses. 8ème étape, samedi 8 juillet. Après les Vosges, le Jura ! Au terme d'une étape 100% jurassienne, l'arrivée sera jugée dans la station des Rousses, célèbre pour son champion olympique de combiné nordique, Jason Lamy-Chappuis. Le classement général du Tour ne devrait pas être bouleversé mais la bagarre dans la montée de la Combe de Laisia Les Molunes, dont le passage au sommet est prevu à 11 kilomètres du terme, devrait donner lieu à un beau spectacle entre baroudeurs. Lors du dernier (et seul passage à ce jour) du Tour en 2010, l'infatigable Sylvain Chavanel avait fait coup double avec la victoire d'étape et le Maillot Jaune. De quoi donner des idées au régional de l'étape, Tony Gallopin (Lotto-Soudal), qui s'entraîne régulièrement sur ces routes.

Le passage à 22% dans le Grand Colombier. 9ème étape, dimanche 9 juillet. S'il est quelque peu avare en arrivées en altitude (trois seulement, une dans les Vosges, une dans les Pyrénées et une dans les Alpes), ce Tour 2017 n'en propose pas moins quelques savoureux passages montagneux, avec même des pourcentages supérieurs à 20%, dans la Planche des Belles Filles mais aussi dans le Grand Colombier, où, au troisième kilomètre d'ascension, les coureurs devront faire face à une pente à 22%. Et ils ne seront alors qu'à la moitié de cette première étape alpestre…

Le franchissement du Mont du Chat. 9ème étape, dimanche 9 juillet. Si le nom de cette ascension ne vous dit rien, ce n'est pas anormal. Le Mont du Chat n'a pas plus été franchi sur le Tour depuis 1974. Romain Bardet (AG2R-La Mondiale), deuxième du Tour l'an dernier derrière Froome (Sky), a reconnu que, lorsqu'il était coureur au centre de formation de Chambéry, le Mont du Chat était esquivé, car "c'est très dur". Les chiffres le confirment : 8,7 kilomètres à 10,3% de moyenne et des passages à 14 ou 15%.

L'étape Saint-Girons/Foix. 13ème étape, vendredi 14 juillet. C'est l'une des idées les plus originales de ce tracé 2017, une étape de 100 kilomètres tout rond. On n'avait jamais vu aussi court sur le Tour depuis l'abandon des demi-étapes, précise Christian Prudhomme. Mais pour pimenter l'affaire, ASO a placé sur ce parcours ramassé trois cols à franchir : le col de Latrape, le col d'Agnes et le Mur de Péguère, et ses trois derniers kilomètres très ardus (des passages de 16 à 18%). Voilà qui promet une étape particulièrement nerveuse.

L'arrivée au sommet de l'Izoard. 18ème étape, jeudi 20 juillet. L'Izoard, col mythique du Tour, n'avait jamais eu droit à son arrivée au sommet sur le Tour. Ce sera le cas en 2017. Défi technique pour ASO et ses partenaires (il va falloir installer une ligne d'arrivée à 2.360 mètres d'altitude, quand même), ce final de la 18ème étape offre un terrain de jeu idéal pour les grimpeurs, avec une montée progressive de 14 kilomètres. Froome, qui avait abandonné avant le dernier franchissement de l'Izoard sur le Tour en 2014, a reconnu qu'il ne connaissait pas ce géant des Alpes.

Le col d'Izoard, l'un des mythes du Tour :

Le Vélodrome pour les vélos. 20ème étape, samedi 22 juillet. L'instant d'une journée, le Stade Vélodrome de Marseille va renouer avec son origine, le vélo. L'antre de l'OM accueillera en effet le départ et l'arrivée du deuxième et dernier contre-la-montre du Tour, dessiné dans la cité phocéenne, avec passage sur le Vieux Port et montée jusqu'à Notre-Dame-de-Lagarde. Vingt-trois kilomètres d'un spectacle total, programmé à la veille de l'arrivée à Paris.

La traversée du Grand Palais. 21ème étape, dimanche 23 juillet. Le Tour a décidé de donner un coup de pouce à la candidature de Paris pour les Jeux olympiques 2024 et le parcours de la dernière étape, qui partira de Montgeron (ville-départ du Tour 1903 !) longera certains sites prévus pour accueillir les épreuves et en traversera même un : le Grand Palais, site dédié à l'escrime et au taekwondo dans le dossier parisien. Lors de leur chemin vers les Champs-Élysées tout proches, les coureurs emprunteront la nef du célèbre bâtiment pour des images "inside" inédites et que l'organisation espère porteuses pour Paris, à moins de deux mois de l'attribution des JO 2024, le 13 septembre 2017.