Rugby-Racing 92 : "un fort sentiment d'injustice"

  • A
  • A
Rugby-Racing 92 : "un fort sentiment d'injustice"
Lorenzetti, qui a déploré lundi que "des raccourcis" aient été faits, a aussi pris la défense des trois joueurs mis en cause, des "hommes exceptionnels".@ PASCAL PAVANI / AFP
Partagez sur :

Lundi, le président du club francilien, Jacky Lorenzetti, a prévenu : "il y a des mots qui ont été dits, des raccourcis qui ont été faits. On s'expliquera de tout ça".

Un "fort sentiment d'injustice" habite le Racing 92 après la révélation des traces de corticoïdes retrouvées dans les urines de trois de ses joueurs fin juin, a confié le président du club, Jacky Lorenzetti, lundi. Des traces de ce produit interdit en compétition sans autorisation ont été retrouvées dans les urines de Dan Carter, Juan Imhoff et Joe Rokocoko à l'issue de la finale du Championnat remportée fin juin face à Toulon. Le club, qui assure que le traitement administré était "autorisé" et prodigué "en réponse à des pathologies avérées", sera auditionné mercredi par la commission disciplinaire de lutte contre le dopage de la Fédération française de rugby (FFR).

"Certains ne perdent rien pour attendre". Interrogé sur le sujet lors de la remise annuelle des prix du rugby professionnel lundi à l'Olympia, à Paris, Jacky Lorenzetti a déclaré : "non, il n'y a pas d'amertume mais un fort sentiment d'injustice. On va attendre mercredi pour s'exprimer. On veut que la commission médicale de la FFR débatte sereinement de ce qui s'est passé et après on s'expliquera avec les médias. Mais certains ne perdent rien pour attendre...".

Carter et Rokocoko, des "hommes exceptionnels". "Cette polémique nous gâche un peu le plaisir", a-t-il ajouté, alors que le Racing 92, vainqueur du Top 14 et finaliste de la Coupe d'Europe la saison dernière, a remporté les titres de meilleur joueur (Johannes Goosen) et de meilleur encadrement (Laurent Travers, Laurent Labit et Ronan O'Gara). "Je pense surtout à mes proches, aux proches des joueurs. Au papa de Juan Imhoff qui est médecin et qui connaît la probité de son fils. À ma mère qui a 82 ans et qui m'a demandé si mes joueurs étaient drogués. À mes enfants. À Dan (Carter) et à Joe (Rokocoko) qui sont des hommes exceptionnels" a poursuivi Jacky Lorenzetti. "Il y a des mots qui ont été dits, des raccourcis qui ont été faits. On s'expliquera de tout ça", a-t-il conclu, précisant que le club allait "engager des procédures" en justice une fois que la commission de la FFR aura statué.