Top 14 : Clermont-Stade Français, la finale inattendue

  • A
  • A
Top 14 : Clermont-Stade Français, la finale inattendue
Le Stade Français et Clermont ont remporté chacun un match dans leurs confrontations directes en Top 14, cette saison. @ MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :

La finale du championnat de France de rugby opposera Clermont au surprenant Stade Français, samedi soir au stade de France.

>> La finale du Top 14 entre Clermont et le Stade Français est à suivre sur Europe1.fr et sur l’antenne d’Europe 1 à partir de 21h.

Après des années de disette, le vainqueur du Top 14 connaîtra le paradis. La finale du championnat de France de rugby oppose Clermont au Stade Français, samedi soir au stade de France (21h). Les deux clubs, figures historiques de l’ovalie tricolore, ont l’opportunité de soulever le Bouclier de Brennus après une succession d’échecs. Les Clermontois, véritables Poulidor du rugby français, espèrent décrocher leur deuxième titre de champion de France, tandis que le Stade Français avec ses 13 titres effectue son retour en finale après 8 ans d’attente. Europe 1 vous présente cette finale historique.

Le retour du Stade Français. Le Stade Français revient de très, très loin. Le club parisien, sacré champion de France pour la dernière fois en 2007, a bien failli disparaître. Le club de Max Guazzini a en effet peu à peu sombré, au point d’être menacé de faillite en 2011. La famille Savare a alors repris le club et a injecté près de 30 millions d’euros en quatre ans pour ressusciter ce monument du rugby français.

Pourtant, personne n’attendait le Stade Français en finale dès cette année. Portés par un effectif mélangeant jeunes joueurs talentueux et solides leaders, les Parisiens ont terrassé Toulon en demi-finale, à la surprise générale (33-16). "C’est une belle récompense de tous les efforts consentis par les gens autour du club. On était impatient de revenir à ce niveau là", s’est satisfait Thomas Savare, le président du Stade Français, interrogé par Europe 1.

Le remake de 2007. Huit ans après, Clermont et le Stade Français se retrouvent en finale du championnat de France. En 2007, les Parisiens avaient remporté leur dernier Bouclier en battant les malheureux Auvergnats au bout du suspense (23-18). Menés 18 à 16 par l’ASM à deux minutes de la fin, le Stade Français avait trouvé des ressources insoupçonnées pour inscrire l’essai de la gagne à la 78e minute et s’offrir une victoire homérique. Du côté de Clermont, personne n’a oublié cette cruelle défaite.

Clermont, le maudit. Pourtant, en matière de défaites, les Clermontois sont des experts. Rendez-vous compte : l’ASM a disputé 11 finales du championnat de France dans son histoire, pour une seule victoire en 2010. Pire : le club auvergnat est aussi un éternel perdant sur la scène européenne, où il a perdu deux finales de Coupe d’Europe contre le RC Toulon, en 2013 et… cette année.

La Yellow Army en a marre. Malgré ces déconvenues en série, Clermont est porté par un des meilleurs publics de France. Les fidèles de l’ASM, baptisés "Yellow Army" (l’armée jaune, en référence à la couleur du maillot, ndlr), devraient encore se déplacer en masse au stade de France. Mais la relation d’amour entre le club et ses fans connaît des turbulences. Il y a quelques semaines, le public du bouillant stade Marcel Michelin avait copieusement hué le discours du président du club, Eric de Cromières, lors du dernier match de Top 14 à domicile contre Toulon. Car après des années de défaite, le peuple jaune n’aspire qu’à une seule chose : connaître, à nouveau, le si rare goût de la victoire.

Le pronostic d’Abdelatif Benazzi. Abdelatif Benazzi, ancien international français, a livré son pronostic au micro d’Europe 1. "Je pense que Clermont a un léger avantage. Mais il faut se méfier du Stade Français, qui jouera à domicile", a pronostiqué l’ancienne star du XV de France. "On sait très bien que pour gagner un match, il faut rester dans cette dynamique de temps de jeu, de vitesse. Je suis persuadé que ça passera par là pour gagner samedi, s’il n’y a pas de conservatisme de la part des deux équipes. Je suis sûr et certain qu’on verra un grand match avec beaucoup d’alternance, de jeu, et beaucoup d’essais", a-t-il ajouté. Les 80.000 spectateurs du Stade de France n’attendent que ça.