Tennis - Fed Cup : Amélie Mauresmo, enceinte, quitte son poste de capitaine

  • A
  • A
Tennis - Fed Cup : Amélie Mauresmo, enceinte, quitte son poste de capitaine
Amélie Mauresmo a conduit l'équipe de France de Fed Cup jusqu'en finale cette année. @ PATRICK HERTZOG / AFP
Partagez sur :

Amélie Mauresmo, enceinte, a décidé de ne plus poursuivre l’aventure avec les Bleues, au lendemain de la défaite en finale face à la République tchèque.

Amélie Mauresmo et la Fed Cup, c’est terminé. La capitaine des Bleues a annoncé qu'elle était enceinte et qu'elle quittait par conséquent le poste qu'elle occupait depuis 2012. Une nouvelle annoncée au lendemain de la cruelle défaite en finale contre la République tchèque. L’ancienne numéro 1 mondiale a officialisé sa décision lundi après-midi, confirmant les informations parues un peu plus tôt sur le site de L’Equipe.

"J'attends mon deuxième enfant pour avril et avec les dates de la Fed Cup, qui se joue en février et avril, c'était impossible", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse à Roland-Garros. "Ça n'a rien à voir avec le résultat de ce week-end ni avec un quelconque désaccord avec les filles, c'est simplement que ce serait concrètement impossible de continuer", a assuré Amélie Mauresmo.

Les joueuses "ne s'y attendaient pas". Mauresmo a expliqué qu'elle avait annoncé sa décision lundi matin seulement à ses joueuses, Caroline Garcia, Kristina Mladenovic, Alizé Cornet et Pauline Parmentier. "C'était un peu brutal pour elles ce matin. Elles ne s'y attendaient pas. Il y avait beaucoup d'émotion. Leur première réaction a été d'être contentes, elles sont venues m'embrasser, et puis après c'était un peu plus dur", a reconnu l'ex-capitaine.

Quelques instants après cette annonce, Alizé Cornet lui a adressé un vibrant message de remerciement. "Cap Amélie Mauresmo, un grand merci pour tout ce que tu nous as apporté ces quatre dernières années, nous avons grandi à tes côtés. Tu vas nous manquer", a écrit la joueuse sur Twitter. 



Avec Mauresmo, une progression constante. Mauresmo, arrivée en 2012 au chevet d’une équipe en pleine déliquescence, a spectaculairement redressé les Bleues. Sous son mandat, l’équipe de France a réintégré le groupe mondial, l’élite du tennis mondial, avant d’échouer par deux fois contre la République tchèque, l’an dernier en demi-finales et cette année en finale.