Tennis : Andy Murray, son année vers le sommet

  • A
  • A
Tennis : Andy Murray, son année vers le sommet
Andy Murray pose avec le trophée du Masters 1000 de Paris-Bercy.@ Miguel MEDINA/AFP
Partagez sur :

L'Écossais, vainqueur à Bercy, est officiellement devenu lundi le 26ème n°1 mondial de l'histoire après une deuxième partie de saison 2016 exceptionnelle.

STATS EXPRESS

Cette fois, c'est concret. Le nom d'Andy Murray apparaît tout au haut du classement ATP publié lundi. L'Écossais, assuré de décrocher cette place de n°1 mondial depuis samedi, a étrenné ce nouveau statut dimanche par une victoire finale à l'AccorHotels Arena aux dépens de John Isner. Actuellement sur un nuage, Murray, qui a fêté ses 29 ans en mai dernier, réalise la meilleure saison de sa carrière. Analyse en chiffres.

1er. Premier, c'est donc le nouveau classement d'Andy Murray au 7 novembre 2016. Mais l'Écossais a aussi été pionnier cette année, à sa façon. Il est devenu lundi le premier Britannique n°1 mondial, après avoir été, en juin, le premier à avoir atteint la finale de Roland-Garros (perdue face à Novak Djokovic). En août dernier, il est devenu le premier homme à être double champion olympique. Il est aussi la moitié d'une fratrie qui a marqué l'histoire du tennis : il avait atteint la finale du simple de l'Open d'Australie quand son frère, Jamie, d'un an son aîné, était en finale du double (qu'il a gagnée), exploit qui n'avait jamais été accompli par deux frères en Grand Chelem.

8. Murray a remporté dimanche son huitième tournoi de l'année, ce qui constitue son plus beau total en carrière sur une année. Son précédent record était de six tournois, en 2009. Dans le lot, certaines victoires pèsent évidemment plus que d'autres. En 2016, Murray a remporté un Grand Chelem (Wimbledon), la médaille d'or des Jeux olympiques (sa deuxième après celle remportée à Londres en 2012) et trois Masters 1000 (Rome, Shanghai et Paris). Il s'est également imposé au Queen's, à Londres, à Pékin et à Vienne.

46 sur 49. Depuis sa défaite en finale de Roland-Garros face à Novak Djokovic en juin dernier, Murray est sur un nuage. Cela se traduit en chiffres. Sur les cinq derniers mois, l'Écossais a signé 46 victoires en 49 matches. Il a gagné sept des neuf tournois qu'il a disputés en simple (défaite en finale à Cincinnati face à Marin Cilic et en quarts de finale de l'US Open contre Kei Nishikori). Sa troisième défaite, il l'a connue lors du premier simple de la demi-finale de Coupe Davis, face à l'Argentin Juan Martin Del Potro.

22. Cette année, Murray a signé également sa plus longue série de victoires, avec 22 succès enregistrés entre le 14 juin et le 21 août (victoires au Queen's, à Wimbledon, aux JO et finale à Cincinnati). Il peut encore améliorer ce record lors du prochain Masters, qui débutera dimanche à Londres puisque l'Écossais reste sur une série de 19 victoires, entre Pékin, Shanghai, Vienne et Paris.

24. Entre sa victoire sur l'Argentin Guido Pella en Coupe Davis et son entrée en lice au tournoi de Vienne, le mois dernier, Murray a remporté 24 sets consécutifs, un record dans sa carrière. Le nouveau n°1 mondial n'a en effet laissé aucun set en route lors de ses succès à Pékin puis à Shanghai. C'est le Slovène Martin Klizan qui a mis fin à cette série à Vienne.

Mais… Malgré cette très belle série de chiffres, Murray a connu également quelques revers d'envergure cette saison.

5h07. Le plus douloureux a été aussi le plus long. En ouverture de la demi-finale de Coupe Davis contre l'Argentine, Murray s'est incliné en cinq manches et 5h07 de jeu face à Juan Martin Del Potro, chez lui, à Glasgow, lors du match le plus long de sa carrière professionnelle (6-4, 5-7, 6-7[5], 6-3, 6-4).

1-3. Même s'il lui a confisqué le place de n°1 mondial après 122 semaines de règne ininterrompu, Murray a remporté moins de titres prestigieux que Djokovic cette année. Le Serbe a en effet gagné deux tournois du Grand Chelem (Open d'Australie et Roland-Garros), contre un seul à Murray, et quatre Masters 1000 (Indian Wells, Miami, Madrid et Toronto), contre trois à Murray. Et, dans leurs confrontations directes, Murray a été battu trois fois (finales de l'Open d'Australie, de Roland-Garros et de Madrid) pour une seule victoire (finale à Rome)

1.500. À bien des égards, le Masters, qui débute dimanche à Londres, sera une finale entre les deux meilleurs joueurs de la saison. L'avance de Murray sur Djokovic n'étant que de 450 points au classement, et 1.500 points étant promis au vainqueur du tournoi londonien (s'il gagne ses trois matches de poule), rien n'est encore joué pour savoir qui de Murray ou de Djokovic sera le n°1 de la saison 2016…