Squash : Grégory Gaultier, le "French General", veut garder sa couronne

  • A
  • A
Squash : Grégory Gaultier, le "French General", veut garder sa couronne
Au Caire, Grégory Gaultier a l'occasion de devenir le premier Français à conserver son titre de champion du monde.@ MARWAN NAAMANI / AFP
Partagez sur :

Les Mondiaux de squash débutent jeudi au Caire, en Égypte. Pour Grégory Gaultier, l’objectif est simple : être le premier Français à conserver son titre.

Si en Égypte, le squash est roi, c’est bien un Français qui porte la couronne. Sacré champion du monde à Seattle l’année dernière, Grégory Gaultier va tout faire pour rester au sommet de la pyramide, alors que s’ouvrent jeudi les Mondiaux au Caire.

Récompensé l’an passé. Après quatre défaites en finale, le Vosgien d’Épinal, Aixois en club et praguois de cœur depuis son mariage avec l’ancienne joueuse professionnelle Veronika Koukalova, avait conquis son Graal en novembre 2015, devenant alors le deuxième tricolore seulement sacré champion du monde, après Thierry Lincou en 2004.

"Il a les capacités de conserver son titre". "C’est quelque chose de nouveau pour lui, mais il a les capacités de conserver son titre", assure Renan Lavigne, son entraîneur, sur Europe 1. À 33 ans, l’actuel N°2 mondial, dans le Top 6 depuis dix ans, est loin d’être blasé et vit à fond pour son sport. "Je suis plus heureux à chasser des titres qu’à courir après l’argent", confiait récemment le nonuple champion d'Europe.

Entendu sur Europe 1
C’est le seul joueur qui arrive à l’entraînement 45 minutes avant pour se préparer.

Un bourreau de travail. Car Grégory Gaultier est un acharné de travail et un exemple de rigueur, ce qui lui a notamment valu le surnom de "French General". "C’est quelqu’un qui est obsessionnel, et donc qui vit sa carrière 24 heures sur 24", confirme Renan Lavigne. "Il a un sérieux et une implication au quotidien que très peu d’athlètes ont et c’est ce qui fait la différence entre les bons joueurs et les tout meilleurs. C’est le seul joueur qui arrive à l’entraînement 45 minutes avant pour se préparer", souligne-t-il.

Passionné depuis tout petit. L’amour du squash, le Spinalien l’a attrapé dès le plus jeune âge, dès ses premiers pas sur les courts à l’âge de 4 ans. Si bien qu’à 13 ans, il quitte le domicile familial pour rejoindre le pôle France d’Aix-en-Provence, avant de remporter son premier tournoi international seulement deux ans plus tard. "Il a des qualités techniques qui sont hors-normes, des qualités physiques d’endurance et d’explosivité, qui sont aussi hors du commun", loue encore Renan Lavigne.

Exception culturelle. Et pourtant, Gaultier fait figure d’exception dans le paysage du squash mondial, dominé très largement par l’Égypte, avec pas moins de sept joueurs classés dans le top 10 mondial – et cinq chez les femmes. Grégory Gaultier est d’ailleurs sans doute plus connu au pays des Pyramides que dans l’Hexagone. Mais un deuxième titre inédit pourrait déclencher quelques vocations, alors que la Fédération ne dénombre pas plus de 30 000 licenciés en France.