Sports extrêmes : trois décès en un week-end dans les Alpes

  • A
  • A
Partagez sur :

Deltaplane, parapente et autre wingsuit offrent de fortes sensations. Mais ces sports de l'extrême ont un corollaire : leur dangerosité.

Le week-end a été noir pour les sports extrêmes. Dans les Alpes, trois personnes sont mortes dans des accidents de deltaplane, wingsuit ou parapente. Si ces sports procurent d'incroyables sensations, le lourd bilan de ces derniers jours rappelle qu'ils peuvent tourner au drame.

Le moniteur pas attaché ? Etre expérimenté ne protège pas toujours. Un moniteur de deltaplane a commis une erreur fatale samedi. Il accompagnait un client pour un vol avec cet appareil à la voile triangulaire quand il est soudainement tombé sous les yeux de Cyril : "Le moniteur aurait en fait oublié de s'attacher car le passager l'a tenu comme il pouvait pendant dix minutes jusqu'à 100 mètres du sol où il ne pouvait plus tenir et il a lâché. Après, il y a relativement peu d'accidents, donc c'est un hasard malheureux à mon avis", commente l'homme.

Près de 20 morts par an en wingsuit. A quelques kilomètres de là, près d'Annecy, le corps d'un homme a été retrouvé dimanche au milieu des rochers à la suite d'un vol en parapente cette fois. Enfin, c'est en pratiquant le wingsuit qu'une troisième personne est décédée samedi, équipée d'une combinaison qui faisait office d'aile. Lancé à près de 200 km/h, l'individu de 32 ans s'est écrasé contre une falaise. La météo n'était pourtant pas mauvaise mais en plein été, les vacanciers amateurs de sensations fortes sont nombreux et le wingsuit est un sport dangereux. Dans le monde, près de 20 personnes meurent chaque année pendant un vol.