Soupçons de corruption : de nouvelles révélations sur l'attribution des JO 2016 à Rio

  • A
  • A
Soupçons de corruption : de nouvelles révélations sur l'attribution des JO 2016 à Rio
En France, une enquête préliminaire a été ouverte en décembre 2015 par le parquet national financier. @ Yasuyoshi CHIBA/AFP
Partagez sur :

Le Monde affirme que la justice française dispose d’éléments concrets démontrant le caractère illicite du processus d’attribution des Jeux olympiques.

Alors que Paris entame la dernière ligne droite dans la course pour l'attribution des Jeux olympiques 2024, la justice française pourrait bien faire la lumière sur une affaire de corruption dans l'attribution des JO 2016 à Rio.

Un versement trois jours avant. Selon les informations du Monde, "une société liée à un richissime homme d'affaires brésilien a versé, le 29 septembre 2009", soit trois jours avant l'attribution des Jeux Olympiques 2016 à Rio, "1,5 million de dollars au fils de Lamine Diack", alors encore président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) et membre du Comité international olympique (CIO). 

Une enquête ouverte en 2015 en France. Le quotidien ajoute que la justice française "dispose d'éléments concrets mettant en cause l'intégrité du processus d'attribution" des JO et que "les magistrats soupçonnent des manœuvres destinées à acheter les votes du membre du CIO lors de la désignation". En France, une enquête préliminaire a été ouverte en décembre 2015 par le parquet national financier, qui travaillait déjà, depuis quelques mois, sur des soupçons de corruption à la tête de l’IAAF.

Un membre du IAAF impliqué ? Le Monde ajoute que le Namibien Frankie Fredericks a touché 299.300 dollars, le jour du vote le 2 octobre 2009 par l'entremise de sa société domiciliée aux Seychelles, Yemi Limited. L'ex sprinteur était à ce moment-là scrutateur pour le Comité international olympique (CIO). Il devait s'assurer du bon déroulement du vote. Il est aujourd'hui président de la commission d'évaluation des Jeux 2024 et membre, depuis 2015, du Conseil de l'IAAF.