Tournoi des Six Nations : le pays de Galles passe ses nerfs sur l'Italie

  • A
  • A
Tournoi des Six Nations : le pays de Galles passe ses nerfs sur l'Italie
Les Gallois ont passé plus de 60 points aux Italiens, samedi après-midi, à Cardiff.@ GEOFF CADDICK / AFP
Partagez sur :

Les Gallois ont écrasé les Italiens 65-14 samedi, lors de la dernière journée du Tournoi des Six Nations. 

Battu de justesse en Angleterre la semaine passée (25-21), le pays de Galles avait à cœur de l'emporter avec la manière face à une bien pâle équipe d'Italie, finalement écrasée 65-14 lors de la dernière journée du Tournoi des Six Nations, samedi, au Principality Stadium de Cardiff. Auteurs de 11 essais, les Gallois pourraient bien terminer deuxièmes de l'édition 2016 si d'aventure l'Angleterre réalisait le Grand Chelem ce soir au Stade de France (21 heures).

27-0 à la mi-temps. Vexés par les propos de leur sélectionneur, Warren Gatland, mécontent de la première période des siens à Twickenham lors de la précédente journée, les coéquipiers de Dan Biggar (21 points) ont rapidement imposé leur puissance dans cette rencontre. Moins de quatre minutes après le coup d'envoi, Rhys Webb récupérait un ballon dévié sur un lancer en touche parfaitement négocié. Le demi de mêlée feintait la passe et parvenait à se faufiler jusqu'à l'en but (7-0). La pression adverse obligeait les Italiens à commettre de nombreuses fautes, très tôt dans cette partie. Excellent dans l'alternance du jeu, Biggar gardait la tête froide, préférant récompenser le travail de ses avants avec une pénalité transformée (13-0). Réduit à 14 après l'exclusion temporaire de Palazzini, les Italiens encaissaient deux nouveaux essais avant la mi-temps (27-0).

Les Italiens sauvent l'honneur. La dernière rencontre internationale de Jacques Brunel, le sélectionneur français de l'Italie, virait au cauchemar lorsque Roberts inscrivait le quatrième essai de son équipe au terme d'une séquence interminable dès le retour des vestiaires (32-0). Trois courses rentrantes et 21 temps de jeu plus tard, le trois quarts centre gallois était servi en bout de ligne par George North, extrêmement impressionnant samedi. A l'énergie du désespoir et en hommage à Castrogiovanni, qui tirait sa révérence à l'occasion de ce match, la formation transalpine parvenait tout de même à sauver l'honneur avec des réalisations de Palazzini et Garcia. Insuffisant toutefois pour éviter un très lourd revers et la dernière place du tournoi.