Saint-Etienne-Lyon : que risquent les Verts et Fekir ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Le club de Saint-Etienne pourrait être pénalisé pour l’envahissement du terrain par ses supporters. 

Lyon n'avait plus gagné à Saint-Etienne depuis 2013. Dimanche soir, les Gones ont frappé un très grand coup en infligeant une "manita" (5-0) à leur pire ennemi sur leur pelouse. Mais au-delà de la manière, de la fluidité du jeu lyonnais et de la très belle série de l’OL (six victoires consécutives toutes compétitions confondues), on retiendra aussi les tristes images du Chaudron.

La provocation de Fekir. A la 85e minute d’un match maîtrisé de bout en bout, Mariano Diaz trouvait parfaitement entre les lignes Nabil Fekir. Après avoir fixé facilement Stéphane Ruffier pour inscrire son doublé, le milieu de terrain international a enlevé son maillot pour le montrer à la tribune sud stéphanoise. Une célébration qui a suscité la colère des Verts. Des dizaines de supporters du Kop Nord ont envahi le terrain, mécontents de l’issue de la rencontre. L’arbitre a été obligé d’arrêter le match pour protéger les joueurs. Ce n’est que 40 minutes plus tard que les 21 joueurs (Léo Lacroix avait été expulsé à la 48e minute, ndlr) sont revenus sur le terrain pour terminer le match.

Le résumé de la rencontre et les débordements : 

"Ça a mis un peu de piment au match". Nabil Fekir a simplement voulu imiter d’autres grands joueurs qui, avant lui, avaient toisé le public adverse. L’an dernier, Lionel Messi avait enlevé son maillot à Santiago Bernabeu, après avoir arraché l’égalisation (2-2) face au Real Madrid. Quelques mois plus tard, Cristiano Ronaldo avait répondu à l’Argentin, au Camp Nou bien sûr. "Je voulais célébrer mon but comme ça, il n’y a pas de souci", a commenté Nabil Fekir pendant l’interruption du match. "Peut-être que c’est pas un geste à faire, surtout qu’il y avait 5-0. Après, ça reste du football. Je ne regrette pas mon geste. Ça a mis un peu de piment au match, même si je comprends qu’il n’y avait pas de besoin de ça".  

"Ça gâche un peu la soirée". Plusieurs de ses coéquipiers ont pris la défense de Nabil Fekir. "Quand on aime le foot, j’ai du mal à comprendre certains supporters qui envahissent le terrain à chaque fois que le match ne tourne pas en leur faveur", a expliqué Jordan Ferri juste après la fin du match (et après avoir remplacé Nabil Fekir pour la fin du match). "Dans les tribunes, il n’a pas que des intelligents et ça gâche un peu le football français". "Il a fêté son but comme il en avait envie mais il ne faut pas trop s'attarder sur ça", a renchéri le gardien lyonnais Anthony Lopes. "Il ne faut pas enlever ce qui fait le charme du derby, des petites provocations, des petites paroles… C’est le sel du derby. S’il n’y a pas ça, il n’y a plus autant de saveur".

Si ses coéquipiers plaident pour une provocation utile à la "saveur" du derby, l’entraîneur Bruno Génésio a estimé pour sa part que "ça ne sert à rien d’en rajouter et de provoquer". "Ça gâche un peu la soirée. Je pense qu’on n’aurait pas aimé qu’on fasse ça si ça avait été l’inverse", a-t-il ajouté pour tenter de calmer le jeu. "On a droit de célébrer le but mais il ne faut pas faire de choses comme ça, c’est pas bien". 

Saint-Etienne-envahissement

Les Verts risquent gros. En dehors de cette interruption, le match a aussi été émaillé d'incidents dans les tribunes. "Cette soirée était assez consternante. Je suis scandalisé du comportement violent de supporters stéphanois et lyonnais qui a fait 14 blessés légers, dont deux policiers, alors que le dimensionnement du service d'ordre a permis d'éviter tout heurt direct entre eux", a déclaré lundi le préfet Evence Richard, en indiquant que "cinq personnes ont été conduites à l'hôpital". Si on rajoute à ces heurts l’interruption du match à cause de l’envahissement du terrain, il y a fort à parier pour que la Ligue de football professionnel (LFP) ne reste pas les bras ballants.

Outre des mesures d'interdiction administrative de stade pour "ceux qui ont commis des dégradations et provoqué des interruptions du match", les violences de dimanche soir devraient déboucher sur des sanctions plus larges : "on risque de renouer avec la tradition des rencontres sans supporter visiteur", a conclu le préfet. De son côté, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) ouvrira une instruction jeudi pour déterminer quelles sont les sanctions pour le club de Saint-Etienne. Forte amende, suspension ou match à huis clos, le panel de sanctions est large pour taper sur les doigts des Verts qui n’ont pas su maîtriser leurs supporters.

Et Fekir ? Pour avoir enlevé son maillot, Nabil Fekir a écopé d’un carton jaune. Comme il s’agit de son troisième en moins de 10 rencontres de Ligue 1, il sera sanctionné d’un match de suspension lors de la prochaine journée (contre Montpellier, le 18 novembre). Mais, en revanche, des faits jugés par un arbitre ne peuvent pas faire l’objet d’une saisine de la Commission de discipline, comme le stipule le règlement. Seule exception possible : si l’arbitre ou un délégué a rédigé un rapport complémentaire sur ce geste, la commission de la LFP pourra se saisir du dossier. Donc, a priori, Nabil Fekir ne devrait pas être sanctionné sur ce coup-là.