Rugby : "Novembre sera déterminant" pour le staff du XV de France, prévient Laporte

  • A
  • A
Rugby : "Novembre sera déterminant" pour le staff du XV de France, prévient Laporte
Cette prise de parole intervient au lendemain de la troisième lourde défaite du XV de France en Afrique du Sud, balayé 35-12 samedi.@ GIUSEPPE CACACE / AFP
Partagez sur :

"Tôt ou tard, il faudra faire quelque chose", a jugé le président de la Fédération Française de rugby après la tournée ratée du XV de France en Afrique du Sud.

Le président de la Fédération Française de rugby (FFR) Bernard Laporte a déclaré dimanche que les résultats du XV de France lors des tests-matches de novembre seraient "déterminants" pour l'avenir de l'encadrement conduit par Guy Novès.

"Tôt ou tard, il faudra faire quelque chose". "Novembre sera déterminant", a déclaré Bernard Laporte lors de l'émission Stade 2. "On ne peut plus voir une équipe de France qui ne gagne pas, ce n'est pas possible. Donc automatiquement, tôt ou tard, il faudra faire quelque chose".

Gagner trois matches sur quatre. "Des changements cela ne veut pas dire évincer des gens.Cela veut dire peut-être restructurer, changer", a poursuivi Bernard Laporte, qui a fixé un objectif : "Pour moi une tournée de novembre réussie, c'est gagner trois matches sur quatre. On joue deux fois les All Blacks, on joue l'Afrique du Sud et on joue le Japon. C'est gagner trois matches sur quatre ; si on n'a pas cette ambition, alors il ne faut pas venir en équipe de France. C'est clair."

Une tournée ratée en Afrique du Sud. Cette prise de parole intervient au lendemain de la troisième lourde défaite du XV de France en Afrique du Sud, balayé 35-12 samedi, après deux autres revers 37-14 et 37-15 lors des deux premiers tests-matches. Élu en décembre 2016 à la tête de la Fédération, Bernard Laporte, lui même ancien sélectionneur du XV de France (2000-2007), avait fustigé le comportement des joueurs lors du premier match et avait pris la parole devant l'équipe avant le deuxième test-match à Durban. Le sélectionneur Guy Novès, mis en place après le fiasco du Mondial 2015 par Pierre Camou, prédécesseur de Bernard Laporte à la tête de la FFR, avait estimé que "ce n'est pas un simple discours qui transforme un individu".