Rugby - Mourad Boudjellal : "L’élection de Bernard Laporte a tout changé"

  • A
  • A
Rugby - Mourad Boudjellal : "L’élection de Bernard Laporte a tout changé"
Mourad Boudjellal est président du RC Toulon depuis 2006.@ BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :

Le président de Toulon est revenu sur l'élection de son ancien entraîneur à la tête de la Fédération française de rugby et sur sa décision de ne finalement pas vendre son club. 

INTERVIEW

Le bouillonnant président du Rugby Club Toulonnais, Mourad Boudjellal, était à deux doigts de céder son club. Mais l’élection de Bernard Laporte, ancien entraîneur de Toulon, à la présidence de la FFR a changé la donne : jeudi, il a annoncé qu’il renonçait finalement à vendre le RCT. Pour Europe 1, Mourad Boudjellal s’explique avec un discours sans langue de bois.  

  • Vous avez finalement décidé de rester à la tête du Rugby Club Toulonnais. Vous êtes donc regonflés à bloc ?

Gonflé à bloc, c’est beaucoup dire mais je suis déterminé. C’est vrai que j’ai eu un coup de lassitude face au harcèlement dont le RCT a été victime. Mais je pense que le rugby arrive dans un monde nouveau grâce à l’élection de Bernard Laporte. Je peux vous assurer que ce qu’il va entreprendre va être très fort et très grand pour le rugby français.

  • L’élection de Bernard Laporte a joué un rôle essentiel dans votre décision. Pouvez-vous expliquer dans quelle mesure ?

Le système était une espèce d’oligarchie avec les mêmes personnes à la Ligue et à la Fédération. Chacun faisait élire l’autre et ils restaient dans leur petit système à eux, avec des avantages forcément. Désormais, Bernard Laporte vient tout révolutionner et redistribuer les cartes. Peut-être qu’on va enfin retrouver, dans le rugby, de la prime à la compétence plutôt qu’à la connaissance. C’est bien pour l’économie et le développement du rugby. Après, au niveau de la Ligue, c’est toujours le même problème. Au niveau des responsabilités, ce sont les mêmes cerveaux, les mêmes esprits d’analyse qui gèrent la LNR, avec la réussite que l’on connaît…

  • Vous avez tenté, en vain, d’être élu au Comité Directeur de la Ligue de Rugby. Vous l’avez vécu comme une "humiliation"…

Mais oui, c’était une humiliation ! Je présente le meilleur bilan sportif depuis 5 ans mais aussi le meilleur bilan économique. Toulon est le seul club bénéficiaire tous les ans et parfois très largement. C’est déjà quand même pas mal. J’ai donc la légitimité pour accéder au Comité Directeur. D’autant plus que pour les 7 représentants (6 sont élus), il y a des gens qui ont des clubs en déficit… Je ne vois vraiment pas comment je ne peux pas être élu. Et c’est ce que je dis, on est dans un système où on n’élit pas la compétence !

Et accessoirement, je trouve qu’il y a un message sociétal envoyé qui est très négatif par les temps qui courent. Quand vous vous appelez Mourad Boudjellal, que vous avez les meilleurs résultats sportifs et que vous n’avez pas accès au pouvoir. Certaines personnes peuvent faire des raccourcis en se disant qu’en étant d’origine étrangère, peu importe les résultats, et bien on n’a pas accès au pouvoir. Attention, je ne dis pas que c’est pour cela que je n’ai pas été élu, je ne suis juste pas dans le système.

  • Pour terminer, qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter pour l’année 2017 ?

A moi, rien de particulier. Au monde, oui ! A un moment donné, il faut que les gens qui ne dirigent pas ce monde et qui sont des milliards puissent dire à ceux qui sont des centaines, voire des dizaines d’arrêter un peu ! Parce que, toutes ses guerres, toutes les "conneries" que vous faites, et bien cela commence à nous gonfler. Vivre sur la planète Terre, cela commence à devenir insupportable. Alors vous faites comme vous voulez, soit vous dégagez, soit vous nous laissez faire. Parce que nous sommes la majorité, et toutes vos petites querelles, votre petit système, on en a marre !