Real-PSG : Ronaldo a gagné son duel face à Neymar

  • A
  • A
Real-PSG : Ronaldo a gagné son duel face à Neymar
Ronaldo et Neymar ont rejoint les vestiaires bras dessus bras dessous.@ AFP
Partagez sur :

Le huitième de finale aller de Ligue des champions entre le Real et le PSG disputé mercredi soir (3-1) a tourné à l'avantage de la star portugaise.

C'était LE duel à distance de ce huitième de finale aller de Ligue des champions entre le Real Madrid et le PSG. D'un côté, Cristiano Ronaldo, 33 ans, cinq fois Ballon d'Or et quatre fois vainqueur de la Ligue des champions. De l'autre, Neymar, de sept ans son cadet, qui a rejoint Paris pour marcher sur ses traces. Mercredi, l'aîné a montré qu'il restait le patron, en signant un doublé, dont un penalty, et en conduisant son équipe à une nette victoire (3-1).

Cent buts avec le Real en C1. Depuis un mois, il avait amorcé son retour. Il l'a définitivement signé, mercredi soir. Auteur de sept buts lors des quatre dernières journées de Liga, dont un triplé le week-end dernier, lors de la victoire du Real face à la Real Sociedad (5-2), Cristiano Ronaldo a inscrit un doublé importantissime mercredi. "Quand on marque et que l'équipe gagne, c'est toujours un moment spécial", a reconnu le Portugais à l'issue de la rencontre. Un moment spécial aussi parce qu'il a inscrit ses 100ème et 101ème buts sous le maillot du Real en Ligue des champions.

Son 100ème but, il l'a marqué sur penalty, juste avant la pause. Cela venait conclure une première période difficile, mais pleine d'envie. Il avait trop croisé sa frappe (3e), tiré un coup franc bien au-dessus (26e) et manqué un duel avec le portier parisien Alphonse Areola (28e). Mais son pied droit n'a pas tremblé au moment de ramener les deux équipes à égalité. "Marquer juste avant la pause a été important parce que nous savions que Paris était une équipe très dangereuse, principalement en attaque avec les trois joueurs dont elle dispose." Et parmi ses trois attaquants, figurait bien sûr Neymar.

Ronaldo décisif, Neymar poussif. Très en jambes, le n°10 parisien a plusieurs fois semé la panique dans la défense madrilène, mais sans réussir à faire le geste juste. Ironie de l'histoire, c'est même sur un ballon qu'il ne parvient pas totalement à maîtriser, alors qu'il est à la lutte avec Nacho, que le PSG est parvenu à ouvrir le score par Adrien Rabiot (33e). En deuxième période, il a nettement baissé de pied. Il a bien servi Mbappé pour un tri trop mou (49e), tiré un corner dangereux (72e) et essayé une dernière fois en fin de match (90'+3), mais c'est bien peu pour un créateur comme lui. "Mon analyse, c'est que nous avons commis des erreurs à certains moments", a considéré le "Ney", averti avant même le quart d'heure de jeu après une faute très grossière. "Nous n'avons pas eu la tranquillité et la maturité, surtout en fin de match. Je crois qu'il a manqué quelques petites choses à notre équipe."

Ces "quelques petites choses", Ronaldo les a apportées au Real. Car, pendant que Neymar déjouait un brin, "CR7", lui, continuait de se dépouiller et c'est son pressing sur Kimpembe (les images montrent qu'il n'a pas fait faute) puis son placement dans la surface (il reprend le ballon de la cuisse) qui ont permis au Real de prendre l'avantage (2-1, 83e). C'était aussi là son 11ème but de la saison en Ligue des champions. Le natif de Madère en est à sept saisons de suite à dix buts au moins en C1. Ronaldo est un monstre. Ce que Neymar, malgré tout son talent, n'est pas encore.