"Rafa VS Djoko" : les travaux forcés de Nadal

  • A
  • A
"Rafa VS Djoko" : les travaux forcés de Nadal
@ REUTERS
Partagez sur :

EPISODE #4 - Nadal a dû encore employer les grands moyens pour l'emporter, jeudi.

Nadal-Djokovic, c’est la finale annoncée de ce Roland-Garros 2011. Pendant toute la quinzaine, Europe1.fr vous propose de suivre au jour le jour leurs performances, leur état de forme, leurs sensations et leurs déclarations. Voici l'épisode 4 : les travaux forcés de Nadal

LE MATCH DU JOUR

Côté Nadal. Huit balles de set sauvées, une dernière manche d'une heure et 32 minutes, Rafael Nadal a dû s'employer pour décrocher son ticket pour le troisième tour. Pourtant, sur le papier, son adversaire du jour, son compatriote Pablo Andujar, 48e mondial, avait un jeu plus à sa convenance que celui du géant américain John Isner, qui l'avait poussé dans un match en cinq sets et quatre heures, mardi. Après un premier set accroché (7-5), le n°1 mondial a semblé régler la mire dans le deuxième, remporté 6-3. Mais, malmené sur sa mise en jeu (16 balles de break concédées, pour cinq perdues), le Majorquin a rapidement été distancé dans le troisième set et s'est retrouvé mené 5-1. A la force du poignet et grâce à un mental d'acier, il est parvenu à renverser la tendance pour l'emporter 7-4 dans le jeu décisif du troisième set.

L'ETAT DE FORME

Côté Nadal. Il y a deux façons d'interpréter le début de parcours du tenant du titre. Soit on trouve l’Espagnol moins souverain, avec déjà deux sets concédés et des matches acharnés. Soit on considère que le Majorquin a fait preuve d'un mental à toute épreuve et qu'il est d'ores et déjà prêt pour les batailles qui s'annoncent lors des tours suivants. Il y a sans doute un peu de vrai dans ces deux interprétations. Une chose est sûre : avec plus de sept heures déjà passées sur les courts (4h01 au premier tour et 3h18 au deuxième), Nadal a déjà fourni beaucoup d'efforts, au contraire d'un Novak Djokovic, qui, lors de ses deux premiers tours, n'a passé que 3h01 sur la terre battue.

LES DECLAS

Côté Nadal. "Je n'ai pas d'excuses." Au moment d'expliquer sa performance du jour, Rafael Nadal n'y est pas allé par quatre chemins. Il n'est pas très bon actuellement. "Par moments, j'ai bien joué, par d'autres pas du tout. De manière générale, ce n'était pas bon. Je joue bien à l'entraînement, mais pas en match. (...) Mon déplacement doit être un peu plus dynamique. Je n'ai pas bien joué, mais je me suis battu sur chaque balle. J'essaie de positiver." Comme les observateurs, Nadal s’ingénie à trouver du positif dans ses matches marathons…

Côté Djokovic. "Il joue bien sur toutes les surfaces, s'appuie sur un grand service, une frappe lourde du fond. Il bouge très bien pour sa taille. C'est tout simplement un joueur de top niveau." Novak Djokovic ne parle pas de Nadal mais de son adversaire de vendredi, Juan Martin del Potro, tête de série n°25 et vainqueur de l'US Open en 2008. Après deux tours de chauffe face à des joueurs d'un faible niveau, ce troisième tour fait office de test pour le n°2 mondial. Et il y aura du monde pour voir ça, vendredi, en fin d'après-midi, sur le central.