Monfils-Tsonga-Gasquet, sacré trio !

  • A
  • A
Monfils-Tsonga-Gasquet, sacré trio !
@ Montage REUTERS
Partagez sur :

ROLAND EN UN CLIC - Les trois joueurs français ont rassuré. Djokovic et Federer ont déroulé.

Un Tsonga solide. Malgré une deuxième manche très accrochée, Jo-Wilfried Tsonga est parvenu à se sortir de son deuxième tour face à Igor Andreev sans perdre le moindre set (6-3, 7-6[4], 6-3). "C'était difficile jusqu'au bout", a confié "Jo" à sa sortie du court. "Je suis juste heureux de passer." Au troisième tour, le Français entamera son parcours suisse avec Stanislas Wawrinka avec, dans le viseur, la perspective d'un éventuel huitième de finale face à Roger Federer.

Un Gasquet convaincant. Richard Gasquet a livré une belle partition, mercredi, dans l'arène du corut n°1, en venant à bout en quatre sets de l'Espagnol Marcel Granollers (4-6, 6-3, 6-2, 6-4). "C'est difficile, il faisait chaud aujourd'hui et il il fallait être au top physiquement. Il y avait énormément d'enfants qui nous ont encouragés du début à la fin." Au prochain tour, le Biterrois se voit proposé un drôle de test face au Brésilien Thomasz Bellucci, tête de série n°23. A lire :Gasquet, la confiance règne

Un Monfils intermittent. Comme contre Björn Phau au premier tour, Gaël Monfils a alterné le bon et le moins bon face à son compatriote Guillaume Rufin (253e mondial), mercredi, sur le court Philippe-Chatrier. Il a entamé la rencontre avec sérieux, a totalement dévissé dans le deuxième set avant de se reprendre par la suite et conclure l'affaire en quatre manches (6-3, 1-6, 6-1, 6-4). A la fin, l'expérience et la fraîcheur physique ont peut-être joué en ma faveur", a expliqué "La Monf'". A lire :Monfils s'ouvre la voie

Federer et Djokovic le 25.05 (930x620)

© Montage REUTERS

Djokovic s'économise. En deux matches, Novak Djokovic a passé une heure de moins que Rafael Nadal en un seul (3h01' contre 4h01'). Bien lancé face au Roumain Victor Hanescu, le Serbe a profité de l'abandon de son adversaire alors qu'il menait relativement facilement (6-4, 6-1, 2-3). Juan Martin Del Potro ayant fait le boulot de son côté, face au Slovène Blaz Kavcic (6-3, 6-2, 6-4), le choc Djokovic-Del Potro, attendu depuis le tirage au sort, aura bien lieu.

Federer express. Comme au premier tour face à l'Espagnol Feliciano Lopez, Roger Federer s'est une nouvelle fois imposé en trois sets secs, mercredi, au deuxième tour. Le jeune Français Maxime Teixeira, qui lui était opposé sur le court Suzanne-Lenglen, n'a pas fait long feu. Il n'a fallu qu'1h24' au Suisse pour obtenir son billet pour le troisième tour (6-3, 6-0, 6-2). "C'est tellement difficile de jouer sur un grand terrain quand on n'a pas l'habitude mais Maxime a fait un bon match, il s'est bien battu", a déclaré le Suisse, qui retrouvera au prochain tour le Serbe Janko Tipsarevic. A lire : Teixeira l'a regardé jouer

Rien pour Robert. Le héros du premier tour, le Français Stéphane Robert, issu des qualifications et vainqueur de Tomas Berdych, a pris une fessée terrible contre l'Italien Fabio Fognini. Le 140e joueur mondial n'a marqué que trois jeux au cours d'un match à sens unique (6-2, 6-1, 6-0).

Ça passe pour Bartoli, ça casse pour Cornet. La n°1 française, Martion Bartoli, s'est sortie d'un match piège et accroché face à la Biélorusse Olga Govortsova, 123e mondiale et issue des qualifications (6-4, 6-7[1], 6-2). Elle sera opposée au troisième tour à la redoutable allemande Julia Görges, tête de série n°17. En revanche, Alizé Cornet, qui l'avait précédée sur le Lenglen, a pris un sévère bouillon contre l'Espagnole Nicolas Llagostera Vives (6-0, 6-2).

Caroline Wozniacki le 25.05 (930x620)

© REUTERS

Le bandage de Wozniacki. La n°1 mondiale, la Danoise Caroline Wozniacki, aroborait un bandage à la cuisse gauche lors de son deuxième tour, remporté dans la difficulté face à sa presque homonyme, la Canadienne Aleksandra Wozniak (6-3, 7-6[6]), mercredi. Une "simple précaution", selon elle. Reste que sur une surface aussi exigeante que la terre battue, ce n'est jamais un bon signe.

Lisicki au bord du malaise. La chaleur qui a inondé la porte d'Auteuil ce mercredi a été durement ressenti par les joueurs. Lors de l'ultime match de la journée, Sabine Lisicki a frôlé le malaise. A l'issue de 2h40' d'un match très accroché face à la Russe Vera Zvonareva, tête de série n°3, la jeune Allemande, 21 ans, a quitté le court en pleurs et avec l'aide du corps médical. Lors du dernier changement de côté, on lui avait mesuré sa pression sanguine alors que la 121e mondiale était au bord de l'exploit que de l'épuisement.