Djokovic, le rouleau compresseur

  • A
  • A
Djokovic, le rouleau compresseur
@ REUTERS
Partagez sur :

ROLAND EN CLIC - Le Serbe n'a laissé aucune chance à Gasquet, dimanche. Federer passe aussi.

Djokovic en lévitation. Avant de rencontrer Novak Djokovic, Richard Gasquet avait déployé sans aucun doute l'un des plus beaux jeux de la quinzaine. Mais contre le Serbe, le Biterrois a volé en éclat. Trop de force, trop de fougue. Gasquet a été foudroyé par un Djokovic en lévitation totale avec 90% de points gagnés sur premières balles et 34 coups gagnants, contre seulement 16 à Gasquet. Le n°2 mondial a fait le break d'entrée dans le premier set et dans le septième jeu dans le deuxième. Et dans la troisième, il a maintenu Gasquet sous l'eau en réalisant un double break pour mener 4-1 après un jeu exceptionnel. Et de 41 matches sans défaite... A lire :Djokovic donne la leçon

Roger Federer face à Stanislas Wawrinka (930x620)

© REUTERS

Federer sans pitié. Ils furent champions olympiques ensemble, il y a trois ans à Pékin. Roger Federer et Stanislas Wawrinka sont amis. Mais, dimanche, il n'y avait qu'une place pour deux en quarts de finale. Et le suspense a duré moins d'une heure. Après 56 minutes de jeu, le n°3 mondial menait déjà deux sets à zéro (6-3, 6-2). Revenu de deux sets à rien lors de son match précédent contre Jo-Wilfried Tsonga, Wawrinka a pu y croire en début de troisième set lorsqu'il a fait le break et mené 4-1. Mais Federer est revenu dans la partie, qu'il a conclue en 1h41 seulement. Au prochain tour - pour son 28e quart de finale consécutif en Grand Chelem ! -, l'ex-n°1 mondial affrontera le vainqueur du duel Monfils-Ferrer. A lire : Federer, la balade continue

Fabio Fognini face à Montanes (930x620)

© REUTERS

La folie Fognini. Sur le papier, Fognini-Montanes annonçait un match typique de terre battue, long, avec deux guerriers de part et d'autre du filet. Sur le court, ce fut cela, et même un peu plus, puisque les deux joueurs ont bataillé 4h22' et que l'Italien a fini en vrac, avec un corps au bord de la rupture. A 6-7, 15-30, l'Italien, bourreau de Gaël Monfils l'an dernier, a fait appel au kiné, ce que le public a assez modérément goûté. Et c'est sous un mélange de sifflets et d'applaudissements que le trublion italien, 24 ans, a arraché son billet pour les quarts de finale après avoir sauvé cinq balles de match au cours d'un set qui a duré 1h32. Epique.

Gaël Monfils, face à Montanes (930x620)

© REUTERS

Monfils pris par la nuit. En raison des 4h22' du match entre Fognini et Montanes, le programme du court Suzanne-Lenglen a pris un certain retard. Programmé pourtant en troisième position, la rencontre entre Gaël Monfils et David Ferrer n'a pas pu aller à son terme. Comme attendu, la bataille a fait rage entre les têtes de série n°7 et 9 et au moment de l'interruption, peu après 21h30, le Français, électrique, menait deux manches à une mais avait été breaké en début de quatrième manche (6-4, 2-6, 7-5, 0-2). Au cours du dernier jeu, "La Monf'" a chuté et s'est fait une belle frayeur à la cheville gauche. Espérons pour lui que ce ne soit qu'une frayeur.

Bartoli prend le quart

Bartoli s'offre un premier quart

Bartoli sur abandon. Cela n'était pas arrivé depuis 2005 : une Française sera au rendez-vous des quarts de finale. Dernière engagée tricolore dans le tableau, Marion Bartoli a bénéficié de l'abandon de son adversaire, Gisela Dulko, dimanche, en huitièmes de finale. L'Argentine, touchée à la cuisse gauche, s'est fait strapper en fin de premier set mais a décidé de jeter l'éponge alors qu'elle était menée 7-5, 1-0. Bartoli, qui avait plutôt bien négocié les premiers jeux de cette rencontre, a désormais une belle carte à jouer dans un haut de tableau relativement dégagé. A lire : Bartoli s'offre un premier quart

Anastasia Pavlyuchenkova (930x620)

© REUTERS

Et 2, et 1, et 3... Après les éliminations de Kim Clijsters (n°2), au 2e tour, et de Caroline Wozniacki (n°1), au 3e, c'est la n°3 mondiale, la Russe Vera Zvonareva, qui a chuté dimanche face à la Russe Anastasia Pavlyuchenkova, l'un des nouveaux visages du tennis féminin (1-6[4], 6-2, 6-2).

Schiavone, la tenante y tient. Au terme d'un match assez décousu, la tenante du titre, l'Italienne Francesca Schiavone a disposé en trois sets de la Serbe Jelena Jankovic (6-3, 2-6, 6-4). Après sa victoire, la tête de série n°5 a embrassé la terre battue, comme elle l'avait fait après son triomphe l'an dernier. Il faut dire qu'il y a de quoi célébrer, sa partie de tableau est aujourd'hui incroyablement dégagée...