Roland-Garros : Tsonga éliminé sans ménagement au premier tour

  • A
  • A
Roland-Garros : Tsonga éliminé sans ménagement au premier tour
Jo-Wilfried Tsonga n'avait plus été éliminé au premier tour depuis 2005. @ Eric FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

Le numéro un français, dont le match avait été interrompu mardi soir par l'obscurité, a été battu mercredi midi par l’Argentin Renzo Olivo (7-5, 6-4, 6-7 [6], 6-4). Il n'est resté que dix minutes sur le court. 

ROLAND-GARROS

La nuit n'aura rien changé pour Jo-Wilfried Tsonga. Le numéro un français, dont le match avait été interrompu par l'obscurité mardi soir, a été éliminé dès le premier tour par l'Argentin Renzo Olivo, modeste 91e mondial, en quatre sets (7-5, 6-4, 6-7 [6], 6-4), mercredi midi. Le 11e joueur mondial, qui servait pour revenir à 5-5 dans la quatrième manche, est resté moins de dix minutes sur le court Central, perdant son service et la rencontre dès le premier jeu. Tsonga subit ainsi une immense désillusion, lui qui n'avait plus été éliminé au premier tour du tournoi parisien depuis sa première participation, en 2005. 

Une élimination logique. Le cauchemar de Tsonga n'aura duré que quelques minutes. Renzo Olivo s'est immédiatement procuré trois balles de match, toutes effacées par le Manceau. Enfin, le Français s'était réveillé, pensait-on. Mais il n'en fut rien. Son adversaire, sur la lancée de mardi, a poursuivi son inexorable marche en avant. La quatrième balle de match a finalement été la bonne pour l'Argentin de 25 ans, inconnu du grand public jusqu'ici, qui signe le plus grand exploit de sa carrière dès son premier Roland-Garros. 

A l'inverse, le coup est rude pour Jo-Wilfried Tsonga, demi-finaliste en 2013 et 2015. Le numéro 11 mondial, une des meilleures chances françaises pour cette édition, restait pourtant sur une victoire au tournoi de Lyon la semaine dernière. Sauf que rien n'a fonctionné lundi comme mardi : auteur de trop nombreuses fautes directes, en retard dans ses déplacements, il n'a jamais trouvé la clé. Son élimination, aussi difficile qu'elle soit pour le tennis français, est au final totalement logique.