Roland-Garros : Kristina Mladenovic passe dans la douleur

  • A
  • A
Roland-Garros : Kristina Mladenovic passe dans la douleur
Kristina Mladenovic a remporté de haute lutte son premier tour, lundi, à Roland-Garros.@ GABRIEL BOUYS / AFP
Partagez sur :

Après un combat de près de 3 heures, la Française a éliminé l’Américaine Jennifer Brady en trois sets (3-6, 6-3, 9-7), lundi, lors du premier tour.  

ROLAND-GARROS

Kristina Mladenovic a fait très peur aux spectateurs du court Central, lundi après-midi. La Française, 14ème joueuse mondiale, a dû s'employer pendant trois sets (3-6, 6-3, 9-7) et près de 3 heures de jeu pour éliminer l’Américaine Jennifer Brady (88ème), et s’éviter une immense désillusion dès le premier tour de Roland-Garros. "Kiki", une des meilleures chances tricolores cette année, affrontera au prochain tour l’Italienne Sara Errani, 91ème au classement WTA mais finaliste en 2012 à Paris. 

Des soins au dos dès le premier set. Mladenovic, qui réalise la meilleure saison de sa carrière, a longtemps balbutié son tennis. Visiblement tendue et crispée, la Nordiste a rapidement cédé son service, puis le premier set (6-3), face à une Américaine solide au service. "Kiki", touchée au dos, a même suscité l’inquiétude en allant se faire soigner en plein cœur de cette première manche. Totalement à l’envers pendant une grosse demi-heure, elle est revenue dans le match grâce à un break d’entrée dans le deuxième set. Plus efficace au service, la Française a alors profité des fautes directes de son adversaire pour recoller au score (3-6, 6-3).

Un combat pour passer. Mais il était écrit que ce premier tour n’aurait rien de la promenade de santé. Le troisième set a été un long combat, âpre et extrêmement disputé. Mladenovic aurait pourtant pu tout perdre : elle a été menée 3-0 dans cette dernière manche. La 14ème joueuse mondial, récente finaliste à Madrid, a alors réagi de manière spectaculaire, remportant quatre jeux d’affilée pour mener 4-3. On pensait alors que le vent avait définitivement tourné en faveur de "Kiki", mais il n’en était rien. Malgré la fatigue (ou à cause de), les deux joueuses ont enchaîné les breaks. Et à ce petit jeu-là, la Française l’a finalement emporté au courage (9-7), poussée par les encouragements du court Central. Tout n’a pas été parfait, loin s’en faut, mais Mladenovic, en larmes à la fin du match, reste en course. Et c’est bien là l’essentiel.