Real-PSG : Kevin Trapp, la bévue qui coûte cher

  • A
  • A
Real-PSG : Kevin Trapp, la bévue qui coûte cher
Kevin Trapp est conscient d'avoir commis une énorme erreur sur la pelouse du Real Madrid, mardi soir.@ Javier SORIANO/AFP
Partagez sur :

ERREUR - Le gardien allemand du PSG s'est rendu coupable d'une énorme bévue sur le seul but du match face au Real, mardi (1-0).

Recruté l'été dernier par le PSG pour être décisif lors des grands matches de Ligue des champions, Kevin Trapp l'a été, mardi soir, sur la pelouse du Real Madrid. Mais pas de la façon dont les dirigeants parisiens l'espéraient. Le portier allemand du PSG s'est en effet rendu coupable d'une énorme bévue sur le seul but de la rencontre. Au plus fort de la domination parisienne, l'ancien gardien de l'Eintracht Francfort a mal apprécié la trajectoire montante d'un ballon dévié par Thiago Silva. Plutôt que d'aller au contact du cuir ou de rester dans son but, Trapp est resté dans un entre-deux. Un peu comme un joueur de tennis, perdu entre le fond du court et le filet. On appelle ça "monter en chaussettes". Et ça se termine rarement bien. Ici, l'inattendu Nacho Fernandez, entré en cours de jeu à la place de Marcelo, blessé, a puni l'hésitant. Il a repris le cuir qui est allé se ficher dans le petit filet opposé, comme au ralenti. Et, comme il l'a confié, sans le vouloir. Ridicule. Mais marquant.

Trapp manque sa sortie et offre le but à Nacho :


"C'est grave pour moi." "Bien sûr que je suis énervé contre moi-même, car je veux toujours être à 100%, je veux aider l'équipe, et là, je fais une erreur, c'est grave pour moi, même si ça fait partie du foot", a convenu Trapp à l'issue de la rencontre, la première perdue par le PSG cette saison. "Sur le but, c'est une situation bizarre. Je suis le ballon des yeux et je ne vois pas l'adversaire, même si ce n'est pas une excuse." Evidemment, cette erreur XXL, devant l'Europe entière, réveille le douloureux souvenir de son autre bourde, face à Bordeaux, le 11 septembre dernier. Trapp, déjà coupable d'une faute de main sur le premier but bordelais, avait ensuite manqué son intervention au pied devant Wahbi Khazri.

"On prend un but très, très évitable." Mais, comme il l'avait fait après le match nul face aux Girondins (2-2), l'entraîneur du PSG, Laurent Blanc, n'a pas voulu accabler son joueur, préférant jouer l'ignare. "Je le reverrai (le but) dans la nuit, il me semble bizarre, mais à la télé il me semblera encore plus bizarre", a-t-il reconnu. "Ce but ajoute de la frustration à notre équipe, si on avait pris un but sur une vraie occasion... On prend un but très, très évitable." C'est le premier but encaissé cette saison par le PSG en Ligue des champions et il va vraisemblablement lui coûter la première place du groupe.

Festival de moqueries... Toujours aussi prompts à railler ceux qui échouent dans les grandes largeurs, les réseaux sociaux s'en sont évidemment donner à cœur joie sur le cas du portier allemand, d'autant que son nom est une inépuisable source de jeu de mots, plus ou moins drôles. Dans ce concert de moqueries tous azimuts, on relèvera la réflexion de notre confrère Nabil Djellit, qui ironise sur la raison de l'arrivée de Trapp. Le portier allemand a en effet remplacé Salvatore Sirigu au PSG pour jouer haut, en tant que onzième joueur de champ...



"Il y a beaucoup de réussite pour eux", a insisté Blaise Matuidi au micro de BeIN Sports. "Dans l'ensemble, tout le monde a fait un très bon match, et Kevin Trapp aussi." Le milieu de terrain du PSG n'a pas la mémoire sélective. En effet, malgré sa bévue, Trapp n'est pas sorti de son match et s'est mis en évidence à plusieurs reprises en deuxième période, d'une claquette sur un tir d'Isco (56e), du pied sur une nouvelle tentative de l'attaquant espagnol (74e) puis des deux mains sur une frappe en angle fermé de son compatriote Toni Kroos (81e). Trapp n'est pas le seul responsable de la défaite parisienne. Les joueurs de champ parisiens ont certes manqué de chance (Rabiot sur le poteau, Di Maria sur la barre), mais ont également fait preuve de maladresse, à l'image d'Edinson Cavani. Malgré tout, il est évident qu'il faudra plus qu'un penalty arrêté face à Marseille et qu'une bise de Rihanna pour faire oublier cette nouvelle bourde de Trapp...