Rallye Dakar 2016 : coup d'envoi en Argentine à 13h

  • A
  • A
Rallye Dakar 2016 : coup d'envoi en Argentine à 13h
@ FADEL SENNA / AFP
Partagez sur :

Cette année, le célèbre rallye accueille le nouveau champion du monde des rallyes Sebastien Loeb. 

Nonuple champion du monde des rallyes et amateur de courses automobiles en tous genres, Sébastien Loeb s'apprête à faire un saut dans l'inconnu, avec son fidèle co-pilote Daniel Elena, en prenant le départ du Dakar-2016 au volant d'une Peugeot, samedi à Buenos Aires.

9.300 kilomètres au programme. Ce qui attend le duo ? Un parcours de plus de 9.300 kilomètres, de la capitale argentine jusqu'à Rosario, en passant par les contreforts de la Cordillère des Andes et le salar bolivien d'Uyuni. Avec un "objectif" qui se veut raisonnable : "Etre dans le bon rythme (...), être dans le coup, être compétitif dans certaines spéciales", explique Loeb. Et pourquoi pas dès les premiers jours, sur des étapes "a priori typées WRC" qui pourraient bien lui convenir, lui qui a remporté le rallye d'Argentine huit fois d'affilée.

"Il ne faut pas s'enflammer !" En attendant, Loeb fera ses premiers pas sur le Dakar au cours d'un prologue de 11 kilomètres samedi, au départ de Tecnopolis, la cité des sciences de Buenos Aires. "Il ne faut pas être 60e. En même temps, il ne faut pas non plus s'enflammer, ça fait 11 kilomètres sur 9.000, ce serait quand même dommage", plaisante-t-il. "Il faut essayer de faire un prologue propre et on verra où on se situe." Loeb ne s'imagine cependant pas refaire le coup du Finlandais Ari Vatanen, vainqueur dès sa première participation au Dakar, en 1987. 

>> Le programme de la course

dakar

Ses principales appréhensions ? "Faire une erreur de pilotage ou de navigation qui coûte cher, la distance, la concentration sur des longues étapes, la chaleur dans les voitures", énumère-t-il. "Savoir comment gérer une course de deux semaines, on n'a pas l'habitude", résume-t-il.

Pour le journaliste et spécialiste Gérard Fusil, qui a couvert le course pour Europe 1 de 1980 à 1991, interrogé vendredi sur les chances de victoires du Français, "Sébastien Loeb est quelqu’un qui, dès cette année, est capable de faire une performance exceptionnelle". Mais une question se pose tout de même :  "Est-ce qu’il va s’adapter assez vite par rapport à ceux qui sont peut-être moins bons intrinsèquement, mais qui ont la connaissance de cette vie rustique, de ces difficultés qui sont parfois autres que la conduite ?" A Sébastien Loeb de répondre à la question !


"Le Paris-Dakar a un peu perdu son esprit d...par Europe1fr