PSG-Real : grosse ambiance en vue dans les tribunes

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour la première fois depuis huit ans, deux tribunes du Parc des Princes sont ouvertes aux ultras parisiens. 48.000 spectateurs sont attendus.

C'est un match au sommet entre le PSG et le Real Madrid. Huitième de finale retour de la Ligue des Champions. L'enjeu sportif est de taille : Paris a deux buts de retard. Ce sera difficile mais pas impossible. La preuve : il y a 25 ans, le PSG avait gagné 4-1 dans la même situation. Il va falloir se dépasser sur le terrain et les 48.000 spectateurs du Parc ne seront pas de trop pour pousser leur équipe à l'exploit.

Créer les conditions d'un exploit. Depuis quelques jours, le club de la capitale fait tout pour faire basculer la rencontre en sa faveur, sur, et en dehors du terrain. Le PSG est aidé par des supporters survoltés, le collectif Ultras Paris a promis de "faire du Parc des Princes un volcan qui engloutit ses adversaires". Tout est mis en oeuvre pour créer les conditions d'un exploit : l'ouverture des deux tribunes - Auteuil et Boulogne - aux Ultras parisiens (une première depuis 8 ans), une campagne de pub dans les rues de la capitale avec ce slogan "Ensemble, on peut le faire"...

"Ils montrent des images des ultras, c'est bien pour nous". L'union sacrée est de mise, quitte à ce que le club fasse de la récupération sur le dos des supporters ? "C'est le match de l'année, c'est normal qu'ils [le PSG] communiquent dessus. Nous, on est preneur", explique Fabien. "Ils montrent des images de nous, des ultras. On a eu pas mal de problèmes à l'époque avec le club et les dirigeants, aujourd'hui, ils sont derrière nous. Donc au contraire, c'est bien pour nous", détaille celui qui dirige les animations du collectif.

51 matches sans défaite à domicile. En plus d'un Parc des Princes volcanique, le Paris Saint-Germain est quasiment imbattable à domicile, il reste sur une série incroyable de 51 matches sans défaite. Quant à l'entraîneur Unai Emery, c'est bien simple, depuis son arrivée en 2016, il n'a jamais perdu devant ses supporters.