PSG : plongée au coeur du clan des Brésiliens

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Alors que le PSG s'apprête à affronter le Bayern, focus sur les cinq Brésiliens du PSG dont l'influence dépasse parfois même la direction du club.

L'ENQUÊTE DU 8H

Le PSG joue mercredi soir un premier match crucial face au Bayern. Ce sera au Parc des Princes. Pour le PSG de Neymar, c’est une première : affronter un grand club européen, en mondiovision, l’occasion de s'intéresser à ce Paris-Saint-Germain très brésilien. Car c’est toute une galaxie du pays sud-américain qui gravite autour de Neymar. Ce PSG qui a déjà connu des génies brésiliens, de Raï à Ronaldinho, prend cette fois une toute autre tournure.

Les 5 doigts de la main. Au cœur de cette équipe gravite un clan brésilien. "Unis comme les 5 doigts de la mains", ils habitent tous dans l’ouest parisien avec familles et proches, juste à côté du centre d’entrainement. Ils passent leur temps libre autour du même barbecue, à jouer au poker ou aux jeux vidéo. Les femmes de Lucas et Marquinhos vont par ailleurs accoucher quasiment le même jour ! Neymar, lui, ne se déplace jamais sans ses amis d'enfance.

Neymar et son clan. L'ambiance est donc plus clanique que collective. Mais les Brésiliens font des efforts, notamment pour parler français. Neymar ne prend pas de cours mais il s'y met, comme le raconte Marquinhos : "Ney, il a encore un peu plus de difficultés, mais il essaye. Il demande 'comment je dis ça ? Comment je dis ci ? Comment je commande un jus d'orange à un restaurant'. Des trucs comme ça." Les autres joueurs ne sont pas exclus. Le week-end dernier par exemple, pour l'anniversaire du capitaine Thiago Silva, le reste de l'effectif a pu apprécier l'ambiance brésilienne avec Marquinhos aux percussions, Neymar et Thiago Silva au chant. La plupart des joueurs de l'effectif étaient là, sauf un absent de marque à cette soirée... Edinson Cavani !

"Pas là pour être dans l'ombre de Cavani". L’Uruguayen est l'exemple parfait. Il est clairement en marge aujourd'hui, à cause du fameux "Penalty gate", cette guéguerre entre lui et Neymar pour savoir qui doit tirer les penaltys. Dans cette affaire, le clan des brésiliens mène le jeu et tente de régler l'affaire en s'affranchissant de l'entraîneur. La réconciliation, ce n'est pas la direction qui la gère, c’est l'ami de Neymar, le défenseur Dani Alves qui organise de lui-même un dîner dans un resto huppé. La correspondante d'Esportivo à Paris, Isabella Pagliari, n'est pas surprise : il y a, dit-elle, forcément le risque d'une République de Neymar au PSG. "Neymar va assumer des responsabilités. Il a envie, il ne va pas lâcher, je connais bien son caractère. Il est très fort, il n'est pas venu ici pour être dans l'ombre de Cavani."

Il faut dire que la direction du PSG s'intéresse de près au nouvel eldorado économique que représente le Brésil. 85 millions de Brésiliens ont suivi en direct à la télé la présentation de Neymar à Paris. Une manne trop colossale pour ne pas l'exploiter.