PSG-City : Zlatan, un but et des bas

  • A
  • A
PSG-City : Zlatan, un but et des bas
En échec en première période, Ibrahimovic a fini par marquer sur un but gag.@ Miguel MEDINA/AFP
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Le géant suédois, auteur de l'égalisation parisienne, a également gâché beaucoup d'opportunités, mercredi soir, face à Manchester City.

C'est peu dire qu'il était attendu. En état de grâce ces dernières semaines, avec encore un triplé, samedi dernier, contre Nice (4-1), Zlatan Ibrahimovic devait une fois de plus justifier qu'il pouvait être un homme des grands matches, mercredi soir, en quarts de finale aller de la Ligue des champions, face à Manchester City. Il a été sans aucun doute l'homme de ce match, conclu sur le score de 2-2. Mais pas forcément pour les bonnes raisons.

Un penalty et un face-à-face manqués. Et pourtant, tout était en place. Dès la 14e minute de jeu, le Suédois a eu l'occasion d'ouvrir le score sur penalty. Lui qui en manque si peu a cette fois vu sa frappe brillamment détournée par le portier des "Citizens", Joe Hart. Dix minutes plus tard, Ibrahimovic, lancé dans la profondeur par Thiago Motta, manqua une (autre) occasion en or d'ouvrir le score en expédiant une frappe au-dessus, alors qu'il était seul face à Hart… Le Parc des Princes, qui l'avait bruyamment soutenu après son penalty manqué, commença à pousser des soupirs de résignation. Et c'est finalement au moment où on l'attendait le moins que Zlatan entama sa rédemption.

Un but gag et une tête sur la barre transversale. Parti au pressing pour perturber la relance de Fernando, preuve qu'il n'a jamais lâché dans la tête, malgré quelques signes d'agacement ici ou là, Ibrahimovic contra la passe latérale du Brésilien... qui finit au fond des filets. En deuxième période, aux côtés d'un duo Cavani-Di Maria aux abonnés absents, le Suédois fut encore le plus dangereux. Mais sa tête puissante trouva la barre transversale de Hart…



Des occasions nettes manquées ? Une activité brouillonne, certes, mais constante ? Un but plein d'envie, son cinquième en cinq matches de Ligue des champions ? Que retenir du match du Suédois ? "Il est passé par tous les états. Il a un penalty, une grosse occasion, et il ne les met pas. Ensuite, il a lutté pour finalement marquer", a reconnu Laurent Blanc en conférence de presse. Le coach parisien a néanmoins insisté sur le fait que son équipe "aurait dû mener au score".

"On garde espoir, on garde toujours espoir". De son côté, "Ibra" ne s'est pas départi de son inébranlable confiance, même s'il a reconnu au micro de BeIN Sports que son équipe avait commis des "erreurs évitables". "Nos adversaires ont su profiter de ces erreurs, ils nous ont sanctionnés en contre. Mais on a eu des occasions", a-t-il relevé. "Il y a ce penalty que j'ai manqué. C'est comme ça. On garde espoir, on garde toujours espoir : on est fort, on est confiant. Mais il va falloir faire mieux au match retour, beaucoup mieux." Sans doute que le Suédois parlait un petit peu pour lui.