Pour Raymond Domenech, le match contre le Luxembourg avait tout du match piège

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'équipe de France a battu le Luxembourg (3-1), samedi. Si la prestation d'ensemble n'est pas brillante, les joueurs ont assuré l'essentiel, estime Raymond Domenech.

L'AVIS DE

Contrat rempli pour l'équipe de France. Les Bleus se sont imposés sur le terrain du Luxembourg (3-1) samedi soir, grâce à un doublé d'Olivier Giroud (28e, 77e) et un but d'Antoine Griezmann sur penalty (38e). Si les hommes de Didier Deschamps n'ont pas vraiment été étincelants, ils conservent la tête du groupe A, avec 3 points d'avance sur la Suède. Et c'est bien là l'essentiel, estime le consultant Europe 1, Raymond Domenech. Selon lui, cette rencontre avait tout du match piège. Il compare même cette opposition à un match de Coupe de France, où les clubs professionnels sont régulièrement malmenés sur les pelouses des amateurs.

"Toutes les conditions d'un 32e de finale". "On attend toujours une équipe de France plus flamboyante. En plus, avec les nouveaux joueurs qui arrivent, avec le potentiel offensif de cette équipe, on se dit que ça va être un match extraordinaire. Qu'on joue le Luxembourg, qu'on va marquer sur chaque attaque… Non, le foot ce n'est pas ça. Il y a toutes les conditions d'un 32e de finale de Coupe de France : un terrain pas très bon, bosselé, qui empêche de donner du rythme au jeu. Il y a un arbitre qui a fermé les yeux sur quelques fautes, qui aurait pu mettre quelques cartons avant pour les calmer", analyse Raymond Domenech.

"Quand on arrive en finale (...) on ne souvient même plus de ce match-là." L'ancien sélectionneur des Bleus salue la performance de l'équipe du Luxembourg, "qui s'est accrochée, qui s'est battue, qui s'est défendue et qui a eu la chance de revenir sur un penalty, sur des coups de pied arrêtés. Exactement comme un match de 32e de finale de Coupe de France", estime-t-il. "L'essentiel, quand on arrive en finale, c'est de se dire qu'on est passé par ces tours-là, mais on ne se souvient même plus de ce match-là. Ce sera à peu près la même chose quand on sera en Russie en Coupe du monde", avance Raymond Domenech.

Prochain rendez-vous en Suède. Pour l'ancien sélectionneur des Bleus, il y a donc peu de doutes, l'équipe de France sera bien au rendez-vous du Mondial russe en 2018. D'autant plus que les autres résultats du groupe lui ont été favorables samedi. Battus en Bulgarie (2-0), les Pays-Bas sont en position très délicate et se retrouvent à 6 points de la France. Si la Suède l'a emporté assez largement contre la Biélorussie (4-0), elle reste à 3 longueurs. Une victoire en terres scandinaves le 9 juin, lors de la prochaine journée de ces éliminatoires, permettrait aux Bleus de s'envoler quasiment définitivement en tête de leur groupe.