Pour Christophe Dugarry, Pascal Dupraz " est aigri, jaloux et pue l'arrogance"

  • A
  • A
Pour Christophe Dugarry, Pascal Dupraz " est aigri, jaloux et pue l'arrogance"
Christophe Dugarry a répondu lundi soir au tâcle de l'actuel entraîneur toulousain.@ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

Ce n'est pas la première fois que le champion du monde 1998 et l'entraîneur de Toulouse échangent des amabilités...

Lundi soir, Christophe Dugarry, champion de la coupe du monde 1998 a ouvertement répondu à Pascal Dupraz. En cause : une remarque de l'actuel entraîneur du Toulouse football club (TFC) vendredi dernier, sur l'antenne de RTL : "Dugarry, on sait comment il a gagné la Coupe du monde. Il l’a gagnée parce que c’est le pote de Zidane". Un tacle bien senti qui a fait réagir l'ancien international, aujourd'hui consultant sur RMC dans l'émission La Team Duga

"Une carrière toute pourrie". "Je trouve ses analyses et ses réflexions complètement nulles, a répondu Dugarry. Dire que je dois de m’occuper de ma famille… mais de quoi je me mêle ?", a lancé Christophe Dugarry s'attaquant par la suite à la carrière de l'entraîneur du TFC. "Ce monsieur, il pue un peu l’arrogance. Il est jaloux, aigri. Ça se sent", lâche l'ancien attaquant français. "Je suis désolé mais je n’y suis pour rien s’il a fait dix ans de Ligue 1, s’il a disputé une centaine de matches et fait une carrière toute pourrie, s’il a entraîné deux équipes qui jouent la deuxième partie du classement".

Discordes. En plus des piques adressées aux entraîneurs de Manchester City, Pep Guardiola, et de Rennes, Christian Gourcuff, Pascal Dupraz n'en finit pas de se faire remarquer. Car s'il s'est brouillé avec Dugarry, l'entraîneur du TFC s'est aussi mis à dos un autre consultant de RMC, Eric Di Meco. En cause cette fois : la participation de Dupraz au tour d'honneur de l'équipe toulousaine après sa victoire 2 à 0 face au Paris Saint-Germain, le 23 septembre dernier. Dugarry et Di Meco avait alors jugé que le coach de Toulouse tirait un peu trop la couverture à lui.

Une remarque à laquelle avait répondu Pascal Dupraz vendredi dans un discours adressé à ses joueurs : "Bravo, on fait un petit tour [devant les supporters], n’en déplaise à ces connards de journalistes".