Ping-pong, clopes, toilettes : les petites histoires de Clairefontaine

  • A
  • A
Ping-pong, clopes, toilettes : les petites histoires de Clairefontaine
"Tu veux me battre au ping-pong ? Aha"@ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

On ne fait pas que s'entraîner dans la résidence quatre étoiles des Bleus. Petit florilège des anecdotes savoureuses de la "maison" de l'équipe de France. 

Le grand jour approche pour les Bleus. Lundi, l'équipe de France arrive à Clairefontaine. Mais le lieu de vie des Bleus, ce ne sont pas que des terrains de foot, des vestiaires et un magnifique château. Ce sont aussi des histoires, réjouissantes, drôles et dramatiques, qui ont fait la réputation de cet endroit mythique du foot français. En voici cinq :

  • Pogba, le roi du ping-pong

Parce qu'il n'y a pas que le foot dans la vie, même pour les Bleus, il faut bien s'occuper pendant les rassemblements. Parmi les occupations préférées des joueurs de Didier Deschamps : les tournois de Fifa sur Playstation et Xbox, mais aussi… le ping-pong. Et au tennis de table, le roi, c'est Pogba. "Paul Pogba y règne en maître, et personne ne peut l'ignorer tant le milieu de terrain se charge d'organiser sa propre publicité", raconte le journaliste Dominique Séverac dans son ouvrage La face cachée des Bleus (éd. Mazarine). Alors, à quand un match entre "Paulo" et Jean-Philippe Gatien ?

  • Quand Ben Arfa se perd… pour aller aux toilettes

A Clairefontaine, on forme les futures pépites du foot français. Parmi les diamants polis à l'INF (le centre de formation de Clairefontaine) : Hatem Ben Arfa. Mais le Niçois a visiblement perdu ses repères quelques années plus tard. En revenant en Bleu, en novembre dernier, Hatem n'a ainsi pas trouvé le chemin… des toilettes ! "Il y a eu beaucoup  de choses qui ont changé. Hier, quand j'ai voulu aller aux toilettes, j'étais perdu", avait-il confié en conférence de presse, provoquant l'hilarité des journalistes. Elles nous manqueront tes anecdotes, Hatem…

  • Le "Président" et la cigarette

Un sportif de haut niveau a bien évidemment une hygiène de vie irréprochable. Pas d'alcool, pas de tabac, pas de drogue : c'est le b.a-ba.  Enfin, pas vraiment… Même les champions du monde se sont permis quelques écarts, au sein même du château. En 1998, Laurent Blanc n'a, par exemple, pas hésité à fumer, en toute tranquillité, dans sa chambre. Le tout immortalisé par les caméras du documentaire "Les yeux dans les Bleus". Mais comme on a été champion du monde, on lui pardonne.

  • Quand Aimé Jacquet toque à la porte…

Coupe du Monde 1998, toujours. Mais avant la belle aventure et l'heureux dénouement, Clairefontaine a été le théâtre d'un mini-drame. Avant le début du Mondial, Aimé Jacquet convoque 28 joueurs. Six d'entre eux vont être évincés, quelques jours avant le coup d'envoi de la compétition. Pour annoncer la mauvaise nouvelle aux six malheureux (Pierre Laigle, Ibrahim Ba, Lionel Letizi, Martin Djetou, Sabri Lamouchi et Nicolas Anelka), Aimé Jacquet envoie un de ses adjoints toquer à leur porte pour les informer qu'il veut les voir. Direction la chambre numéro 15, où le couperet tombe. Des instants terribles racontés par les principaux intéressés dans le reportage de Canal + "Les bannis de l'équipe de France". On n'aurait pas aimé être à leur place…

  • D'une banale conversation à un scandale d'Etat

Vous voyez de quoi on parle, n'est-ce pas ? La conversation se déroule le 6 octobre dernier à Clairefontaine, en marge d'un rassemblement des Bleus. Selon les écoutes révélées par Europe 1, Karim Benzema appelle ce soir-là un de ses amis d'enfance pour lui raconter sa discussion avec Mathieu Valbuena, quelques heures plus tôt. La suite, on la connaît tous. Pas d'Euro 2016 pour Benzema, écarté de la sélection. Et pas de Valbuena non plus…